Willi Thurnherr, d'Aon: «Les rentes ne sont pas si petites»

C’est un lundi bizarre, au lendemain de la reprise en main décidée par le Conseil fédéral dans le cadre de la gestion de la pandémie. Dans le vaste bâtiment qu’occupe le consultant Aon, à Altstetten, dans la banlieue zurichoise, Willi Thurnherr, son directeur du conseil en prévoyance, est seul au bureau. Le télétravail est de mise et les salles de réunion sont vides chez le leader mondial des solutions de gestion du risque, de la prévoyance professionnelle et de la santé (plus de 50 000 collaborateurs, dans plus de 120 pays). En Suisse, Aon compte plus de 350 employés présents dans différentes localités.

Lire aussi: Philippe Luethy: «Je crains que la moitié des retraités soient des cas sociaux dans vingt ans»

monchange.ch