Vers un soutien aux compagnies aériennes

Les compagnies aériennes suisses qui souffrent de la pandémie de coronavirus devraient bénéficier d’un soutien public. Le Conseil fédéral souhaite leur accorder des liquidités sous formes de garanties de la Confédération.

Il a chargé mercredi les départements des finances, des transports et de l’économie d’élaborer une proposition de financement transitoire d’ici à fin avril. Comme d’autres secteurs, l’industrie aéronautique est fortement touchée par les mesures prises pour endiguer la pandémie de coronavirus.

Les mouvements de vols dans les aéroports suisses ont reculé de plus de 95 %. Plusieurs acteurs de l’aviation suisse sont confrontés à des problèmes de liquidités.

Sauver des emplois

Le Conseil fédéral veut les aider pour sauver des emplois, a expliqué à la presse la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga. En outre, le secteur aérien emploie plus de 190’000 employés en Suisse et l’aide envisagée doit soutenir une infrastructure essentielle. Plus d’un tiers des exportations utilisent la voie aérienne et environ un sixième des importations arrivent par avion.

Une interruption de longue durée des liaisons internationales de la Suisse entraînerait des pertes économiques considérables. Les mesures que le Conseil fédéral est prêt à examiner en concertation avec les cantons visent à l’éviter. Les pouvoirs publics n’agiront toutefois qu’à titre subsidaire. Il appartient aux compagnies aériennes de prendre d’abord toutes les mesures raisonnables.

Conditions non négociables

L’aide est prévue principalement sous la forme de garanties de la Confédération. Celles-ci seront soumises à des conditions strictes, pour limiter les risques supportés par la Confédération. Les entreprises devront notamment prouver que toutes les possibilités de financement sont épuisées.

Afin de s’assurer que l’aide sauve vraiment des postes en Suisse, les fonds accordés devront rester en Suisse et les compagnies aériennes auront l’interdiction de verser des dividentes avant le remboursement intégral des prêts garantis. «Ces conditions ne sont pas négociables pour le Conseil fédéral.»

Les fonds générés devront être utilisés en priorité pour rembourser les aides. La Confédération devra pouvoir percevoir des intérêts à des taux conformes au marché pour le risque qu’elle supportera ou bénéficier d’autres rémunérations.

Les fonds garantis par la Confédération devront être proportionnels à l’engagement des sociétés mères et utilisés exclusivement pour garantir le bon fonctionnement des infrastructures suisses. Enfin, les compagnies aériennes devront s’engager à maintenir à long terme les liaisons aériennes internationales de la Suisse.

Le cercle des bénéficiaires n’est pas encore définitivement fixé. Font partie de l’infrastructure critique les compagnies Swiss, Edelweiss et Easyjet Switzerland, les trois aéroports de Zurich, Genève et Bâle, Skyguide et les entreprises nécessaires au bon fonctionnement du secteur, a simplement énuméré la ministre des transports. (ats/nxp)

Créé: 08.04.2020, 18h13

monchange.ch