Une semaine dans la Silicon Valley: de l’audition de Mark Zuckerberg aux vélos d’Uber

■ Le grand oral de Mark Zuckerberg devant le Congrès

Mark Zuckerberg n’a pas véritablement été mis en difficulté. Mardi et mercredi, le directeur général de Facebook a répondu aux questions des parlementaires américains sur le siphonnage des données personnelles de 87 millions d’utilisateurs du réseau social par Cambridge Analytica. La prochaine étape pourrait être un renforcement de la régulation sur la collecte et l’utilisation d’informations sur les internautes à des fins publicitaires. Mark Zuckerberg s’est d’ailleurs engagé à étendre à tous ses membres les protections prévues par la directive européenne sur la protection des données personnelles (GDPR).

Lire aussi: Facebook face au risque de réglementation

■ Apple condamné pour violation de brevets

Nouveau rebondissement dans l’affaire opposant Apple à VirnetX. Mardi, le fabricant de l’iPhone a été condamné par un tribunal du Texas à verser 503 millions de dollars à ce «patent troll» (firme qui achète des brevets avec pour seul objectif de revendre des licences aux entreprises souhaitant les utiliser). Apple peut encore faire appel de cette décision. La procédure, qui porte sur des brevets sur les communications qui auraient été enfreints pour concevoir iMessage et FaceTime, dure depuis huit ans. Apple a plusieurs fois été reconnu coupable mais ces jugements avaient été annulés pour des erreurs ou des vices de procédure.

■ Uber parie sur les vélos en libre-service

Après la voiture, les vélos. Lundi, Uber a annoncé le rachat de Jump, une plateforme de location de deux-roues électriques en libre-service. Cette acquisition intervient deux mois après le lancement d’une phase pilote à San Francisco, en partenariat avec Jump. A terme, ce service sera intégré à l’application mobile de la société de VTC. Le prix est fixé à 2 dollars pour les trente premières minutes. Une fois le trajet terminé, le vélo doit simplement être attaché à n’importe quel arceau à vélo public. Uber espère ne pas perdre le marché des petits trajets, ce qui pourrait se répercuter sur son niveau d’activité.

Lire aussi: Nouveau revers pour le vélo en libre-service à Genève

■ Theranos au bord du gouffre

La descente aux enfers se poursuit pour Theranos. En manque de liquidités, la société a procédé à de nouveaux licenciements. Selon le Wall Street Journal, une centaine d’employés seraient concernés. Theranos ne compterait désormais plus qu’une vingtaine de salariés, contre 800 il y a encore deux ans et demi. La start-up, qui ambitionnait de révolutionner les analyses de sang mais qui a depuis été reconnue coupable de fraude, cherche désormais des fonds pour éviter une prise de contrôle par ses créanciers, qui se solderait certainement par une liquidation. Le temps presse, car la trésorerie ne sera plus suffisante à partir de juillet.


  • De la fusillade chez YouTube au recrutement de poids d’Apple
  • Du départ d’Uber en Asie aux ambitions d’Apple dans l’éducation
  • Des excuses de Facebook au premier accident mortel pour un Uber sans conducteur

monchange.ch