Un palace supplémentaire ouvrira à Genève au printemps

Ce devait être le Woodrow, ce sera le Woodward. Mis à part ces quelques lettres, l’hôtel cinq étoiles qui va ouvrir au printemps prochain sur la rade de Genève est conforme au projet rendu public fin 2019: un établissement de grand luxe composé de 26 suites et d’un spa de 1200 mètres carrés.

Situé quai Wilson 37, dans un bâtiment construit au début du XXe siècle et entièrement rénové par l’architecte parisien Pierre-Yves Rochon, le nouveau palace genevois sera inauguré avec une petite année de retard.

A lire: Un hôtel ouvre à Genève, malgré la pandémie de Covid-19

La pandémie est passée par là, et le chantier a été gelé fin mars: «Il aurait été déraisonnable de lancer The Woodward sans avoir une vision claire sur ce qu’était le Covid-19 et les répercussions que l’on connaît aujourd’hui», remarque Christophe Aldunate, directeur du groupe Bastion Management – qui s’appelait Crest Hospitality jusqu’en septembre dernier.

Outre le Woodward, le promoteur du projet possède une quinzaine de restaurants dans le monde, certains d’entre eux portant la marque des deux chefs Joël Robuchon et Alain Verzeroli. Une griffe qu’arboreront aussi les deux restaurants gastronomiques de l’hôtel, l’Atelier et le Jardinier.

Lire: Le Woodrow, futur palace des quais genevois

La crise profonde que traverse l’hôtellerie genevoise n’a donc pas suffi à dissuader le groupe qui entend miser sur un concept d’«hôtel particulier» pour se démarquer de la concurrence. Quelque 150 collaborateurs seront engagés pour prendre soin des locataires des spacieuses suites de l’établissement, dont 21 d’entre elles disposent d’une vue sur le lac Léman.

Gestion assurée par Oetker Collection

Le groupe Oetker Collection gérera le nouveau palace genevois, a appris Le Temps. La nouvelle adresse vient se greffer à neuf autres hôtels positionnés dans le même segment – dont le Bristol à Paris – et 150 maisons privées de haut de gamme.

La société exploitante est une filiale de la multinationale allemande du même nom, bien connue pour ses produits destinés à la pâtisserie. C’est en effet la poudre à lever mise au point par le pharmacien August Oetker en 1891 qui a contribué à forger cet empire également actif dans les snacks surgelés. La diversification dans l’hôtellerie a commencé en 1923 avec l’acquisition du Brenners Park-Hotel & Spa à Baden-Baden.

Le savoir-faire du groupe ne sera pas de trop pour trouver une place de choix sur une scène hôtelière genevoise mise à mal par les conditions sanitaires. Après le Richemond, l’Atrium Park, qui avait ouvert ses portes en février, a décidé au début du mois de presser sur le bouton pause, faute de clients. Autant dire que la bataille aux parts de marché risque de faire rage ces prochaines années.

Lire à ce sujet: Le tourisme est au point mort à Genève

monchange.ch