Un an après la révolte anticorruption : La Suisse enquête sur l’argent ayant fui le Liban

Soupçons de détournement de fonds au sein de la Banque centrale libanaise. Un montant de 400 millions est évoqué à Beyrouth.

Manifestation contre la banque centrale du Liban à Beyrouth en février 2020, demandant le retour de «l’argent volé transféré en Suisse»

Manifestation contre la banque centrale du Liban à Beyrouth en février 2020, demandant le retour de «l’argent volé transféré en Suisse»

keystone-sda.ch

Il y a un an à Beyrouth, des pancartes hurlaient «Rendez les fonds volés!» devant lambassade de Suisse. Le message commence à porter.

En écho à des fuites dans la presse libanaise de mardi, le Ministère public de la Confédération confirme mener «une instruction pénale pour blanchiment d’argent aggravé, en lien avec de possibles détournements au préjudice de la Banque du Liban». Et précise qu’une demande dentraide judiciaire a été adressée à son homologue libanais.

Banquier central visé

Linitiative part cette fois de Berne. Il y a un an, cétait le procureur général du Liban qui envoyait une commission rogatoire; afin d’identifier les responsables politiques ayant participé à l’exfiltration de 2,4 milliards de dollars vers la Suisse, lors des soulèvements contre la corruption de lautomne 2019. Selon la presse libanaise, aucune réponse na été reçue. Contacté, l’Office fédéral de la justice répète «attendre des informations complémentaires (ndlr: de Beyrouth) pour pouvoir y donner une suite favorable».

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

Articles en relation

monchange.ch