UBS va changer sa politique de bonus

Quelques 10 000 employés d’UBS ne toucheront plus de bonus. A la place, ils recevront un pourcentage de leur salaire, équivalent à la moitié environ d’un salaire mensuel. Ce changement touchera les collaborateurs gagnant entre 50 000 et 100 000 francs par an, certains verront néanmoins leur rémunération fixe augmenter pour éviter que leur situation se détériore trop, a révélé la SonntagsZeitung

Lire aussi: Pourquoi Sergio Ermotti a acheté pour 13 millions d’actions UBS

Les employés concernés font partie du «corporate center», c’est-à-dire la division qui regroupe le marketing, la communication et les ressources humaines entre autres. Une des raisons invoquées pour justifier ce décision est de pouvoir ainsi réduire le temps consacré à calculer les bonus de tous les collaborateurs. En outre, UBS estime pouvoir diminuer les incertitudes liées à la part variable de la rémunération.

D’après un porte-parole cité par le Financial Times, la banque vise ainsi à atteindre une plus grande transparence. Ce système réduira les inconvénients d’une performance faible du groupe tout en gardant les avantages d’une forte performance, d’après l’établissement. Qui utilisera d’autres moyens – promotions, développement personnel ou hausses de salaires – pour récompenser ses meilleurs éléments. 

Même enveloppe que l’an dernier

La majeure partie des employés continuera d’être susceptible de recevoir un bonus. A fin 2018, UBS employait 66 888 personnes (en équivalents plein-temps). Sur l’ensemble de l’année, l’établissement a réalisé un bénéfice net de près de 5 milliards de francs, contre près d’un milliard l’année précédente. La banque révélera plus précisément le montant de son enveloppe de rémunérations variables en mars. Au Forum économique mondial, Sergio Ermotti a estimé que le montant serait à peu près similaire à celui de l’an dernier, soit 3,1 milliards, mais qu’il serait distribué différemment. Sa part variable à lui avait atteint 11,4 millions il y a un an. 

Lire aussi: Les raisons de la hausse de la rémunération de Sergio Ermotti à 14,2 millions

Le directeur général de la première banque suisse a fait l’objet d’autres spéculations dans le journal dominical zurichois. Citant des «confidents» du Tessinois, la SonntagsZeitung avance que Sergio Ermotti serait intéressé à remplacer Axel Weber, l’actuel président du conseil d’administration de la banque. Ce dernier a confirmé début janvier que des discussions avaient lieu sur la succession de Sergio Ermotti, mais qu’elle n’a rien d’immédiat. L’ex-banquier central allemand souhaite rester à son poste jusqu’en 2022. Lors de la dernière conférence de presse d’UBS, il y a deux semaines, Sergio Ermotti a également souligné qu’un changement n’interviendrait pas avant plusieurs années, montrant un certain agacement à propos des rumeurs concernant son futur. 

En janvier 2019: UBS cherche le remplaçant de Sergio Ermotti

monchange.ch