Tim Radjy, bâtisseur de ponts financiers entre les deux rives genevoises

Qu’est-ce qui est le plus stressant, entre investir pour diminuer la pauvreté dans les pays émergents, améliorer le profil de Genève dans la finance durable, ou se marier? A 43 ans, Tim Radjy mène ces trois chantiers de front sans montrer de tension notable lorsqu’il nous prépare un thé vert, une petite semaine avant le jour J. Concernant son mariage (célébré ce jeudi), l’ancien banquier fait une rapide allusion aux aspects logistiques, avec une pointe d’excitation-anxiété. Et aussi, en filigrane, le soulagement d’envisager une vie plus posée, après des années à courir le monde.

«Je passe maintenant l’équivalent de trois à quatre mois à l’étranger par an; c’est plus calme que pendant les sept à huit premières années d’AlphaMundi, lorsque je voyageais la moitié du temps», analyse le Genevois, rasé de près, le cheveu gominé, en tenue casual chic sur un canapé sable. Dans cette maison familiale qu’il occupe depuis près de deux ans, la décoration des pièces évoque des lieux particuliers, entre Pompéi, la Toscane ou la Route de la soie.

Ethique et rentable

Depuis 2007, AlphaMundi finance des PME qui ont des activités bénéfiques pour la société en Afrique et en Amérique latine. Cela s’appelle de l’investissement d’impact et cela consiste à prêter de l’argent à des entreprises comme Terrafertil, fondée en 2005 en Equateur. Ce fabricant d’en-cas bios à base de groseille du Cap – une grosse cerise jaune péruvienne riche en antioxydants – garantit les prix d’achat aux petits paysans locaux et emploie surtout des femmes célibataires, dans des conditions de travail acceptables.

Ethique de bout en bout, Terrafertil est aussi un business rentable. Lorsque AlphaMundi lui octroie son premier prêt en 2010, le chiffre d’affaires est inférieur à 1 million de dollars. Il dépasse 60 millions huit ans plus tard, quand Nestlé en prend le contrôle. Entre-temps, AlphaMundi a empoché entre 9% et 14% d’intérêts par an en dollars.

N’y a-t-il pas une contradiction entre ces intérêts élevés et la vocation de soutien de la finance d’impact? «Il ne s’agit pas de philanthropie, mais d’un investissement destiné à concilier une économie solidaire, des entreprises viables et des rendements attractifs sans lesquels les investisseurs ne sont pas intéressés», répond Tim Radjy. Son objectif ultime: devenir inutile, c’est-à-dire avoir permis à une jeune pousse d’attirer un investisseur plus traditionnel.

Le cœur bien accroché

Les premières années sont «un peu galère»: «Personne ne comprenait l’investissement d’impact, il n’existait pas de standard pour mesurer les effets de nos actions et même les entreprises que nous cherchions ne savaient pas qu’elles avaient une dimension sociale.» Puis Tim Radjy constitue progressivement une équipe d’une douzaine de collaborateurs au Kenya et en Colombie, «avec des compétences hybrides dans la finance et le durable d’un côté, des valeurs et le cœur bien accroché de l’autre». Il est le seul basé en Suisse, mais ne sera pas le gringo de la bande, étant d’origine sud-américaine par sa mère.

Si les risques financiers sont limités par une longue étude des sociétés et une proximité avec les fondateurs, le métier comporte d’autres dangers. Le 15 janvier dernier, un consultant d’AlphaMundi, «avant tout un ami de dix ans», a été l’une des 21 victimes des attentats de Nairobi. «Sa mort est d’une ironie tragique, puisqu’il avait échappé au 11-Septembre en arrivant en retard à son travail. Il avait ensuite décidé de s’orienter vers le développement équitable dans les pays émergents», reprend Tim Radjy, sans mentionner le fonds caritatif qu’il a créé en mémoire du disparu.

Entre Bolivie et Iran

S’il s’est lancé dans l’aventure de l’impact investing, c’est d’abord «parce que c’est plus drôle que la banque», sourit l’ancien étudiant en sciences politiques, qu’un ami décrit comme «un bourreau de travail mais toujours disposé à faire la fête ensuite». Passionné d’histoire, l’entrepreneur a compris que la planète était entrée dans une nouvelle ère. Qu’il fallait agir pour un développement durable, que le secteur public ne pouvait plus financer cette transition ni le privé se limiter à la philanthropie. «Si l’on ne fait rien, on paie toujours le prix de l’inaction, même s’il paraît lointain», résume-t-il en référence aux attaques terroristes de Nairobi, et aussi peut-être à sa propre histoire familiale.

Ses grands-parents maternels ont fui l’instabilité de la Bolivie des années 1940 pour s’installer à Genève. C’est aussi dans cette ville que son père, Iranien, s’est retrouvé bloqué lorsque tous les visas pour les Etats-Unis ont été gelés suite à la prise d’otages à l’ambassade américaine de Téhéran au tournant des années 1980. Radjy senior fera carrière aux Nations unies, tandis que la mère de Tim travaillera notamment pour la Croix-Rouge.

Pour soutenir le rôle de sa ville dans la finance durable, Tim Radjy a créé des prix récompensant les initiatives ayant obtenu les meilleures performances. Ils seront remis lors d’une conférence qu’il organise en octobre, liée au Social Good Summit Geneva des Nations unies. «Ce sera aussi l’occasion de relier les deux rives de la ville, celle de la finance et celle des organisations internationales», conclut Tim Radjy. De créer un pont symbolique que pour le moment personne n’emprunte. Un nouveau pont à son actif.


Profil

1975 Naissance.

2001 Diplôme en sciences politiques à Genève.

2007 Fonde AlphaMundi.

2009 Décès de sa mère et lancement de son fonds d’impact.

2019 Lance un prix pour la finance d’impact.

monchange.ch