TEC personnalise des objets de luxe par un procédé robotisé

Située dans la zone industrielle reculée du Day à Vallorbe (VD), TEC Ebauches SA, fondée il y a moins de dix ans, est un sous-traitant peu connu mais qui compte désormais dans le monde de la haute horlogerie. Spécialisée dans la fabrication et la décoration de composants, elle livre des petites marques comme des grands groupes en Suisse. Mais depuis peu, l’entreprise a ajouté une nouvelle corde à son arc: elle a développé, jusqu’à la robotisation, une technique d’impression ingénieuse et de haute qualité pour «customiser» des objets de toute nature, par exemple des skis, des accessoires de luxe en cuir ou des composants de montres.

En expliquant la technique du «water transfer printing», ou impression hydrographique, Arnaud Faivre, patron du groupe, ne tarit pas d’enthousiasme. Il est vrai que la démonstration dans l’atelier du pied du Jura est impressionnante: au cœur de l’opération, il y a un film spécial polymère soluble dans l’eau qui a été imprimé au préalable par héliogravure avec une image ou une illustration design. Le film est déposé dans un bassin, flottant à la surface de l’eau. L’opérateur pose alors délicatement l’objet sur le film dont le support se désagrège grâce à un activateur chimique laissant uniquement l’encre adhérer au matériau. Comme par miracle, les motifs de peinture et les couleurs restent parfaitement structurés avant l’application du vernis de fixation et de protection.

Nouvelle activité industrielle

La technique n’est pas nouvelle, mais elle était réalisée jusque-là de façon artisanale et avec des produits nocifs. La société TEC Arts HD a été fondée l’an dernier par Arnaud Faivre pour développer cette nouvelle activité de manière industrielle et propre. «Nous avons mis dix-huit mois pour définir les chimies et obtenir les brevets. Nous avons investi des millions en équipements», dit-il. La nouvelle filiale a installé une ligne de production moderne entièrement automatisée permettant de traiter des séries de 500 pièces jusqu’à 12 000 par jour pour les coques de smartphones.

Ce procédé est applicable à toute matière: plastique, bois, fibre de verre, tuiles solaires, céramique, métal, verre et même des cuirs de vachette ou d’alligator. Parmi les créations insolites de l’entreprise, une 2 CV et une vespa repeintes avec un motif bois et des carabines bleu-blancrouge de l’équipe de biathlon de l’armée française. Mais la technologie permet aussi de nouvelles créations de décoration des composants de montres de luxe tels les cadrans, les masses oscillantes, les ébauches, les ponts, les boîtiers ainsi que les bracelets. Xavier Perrenoud, membre de la direction de TEC Arts HD, assure qu’il n’y a aucun produit toxique ni allergique dans les colorants.

Swiss made

«Les films comme la chimie sont produits en Suisse. Nous sommes des horlogers, nous savons travailler au micron près et nous voulons maîtriser cela», confirme Arnaud Faivre. De quoi renforcer le Swiss made pour des pièces de haute précision mécaniques ou de maroquinerie de luxe comme des sacs à main.

Manufacture Royale est l’un des premiers fabricants à mettre en valeur de telles pièces colorées dans un garde-temps. Ce n’est pas un hasard lorsqu’on sait qu’Arnaud Faivre avait redonné vie en 2010 à cette marque fondée en 1770 par Voltaire à Ferney, près de Genève. Celle-ci a été reprise trois ans plus tard par la famille Gouten mais elle continue à développer ses produits et mouvements chez TEC Ebauches SA. Manufacture Royale produit près de 150 pièces par an, la plupart sur mesure ou en séries très limitées.

TEC Ebauches fabrique pour sa part 5 millions de composants horlogers par an en série de cinq exemplaires jusqu’à des centaines de milliers sur des machines pouvant tourner 24 h sur 24. Et il sort de cette usine de 2500 m2 quelque 500 mouvements de haute complication par an et 2000 de moyenne complication.

«Nouveau métier»

Le groupe TEC compte près de 40 collaborateurs, essentiellement à Vallorbe, dont quatre dans la nouvelle filiale. Deux horlogers, qui réalisent des calibres et habillages de haute horlogerie, sont installés à Versoix (GE) dans la filiale Impulsion SA.
La crise horlogère a nécessité de diversifier les activités afin de maintenir les ventes et compenser la baisse des marges, notamment dans les techniques de traitement de surface pour la décoration des pièces. C’est dans ce sillage que s’inscrit l’impression hydrographique. Arnaud Faivre, à la tête du groupe de Vallorbe, seul propriétaire, pense que la technologie de TEC Arts HD ouvre la porte à un créneau tout nouveau: «On veut industrialiser la peinture faite main jusqu’à présent. C’est un nouveau métier. Le marché de la customisation et de la personnalisation des objets va exploser.» (TDG)

monchange.ch
Send money abroad