Sylvain&Co produit les premières «salades vivantes» de Suisse

Ce pourrait être un bouquet de fleurs. C’est une salade. Une feuille de chêne, plus précisément, qui trône dans un vase en plastique. A travers le contenant transparent, les racines du légume sont apparentes et flottent dans l’eau. Le producteur de fruits et légumes Sylvain&Co, basé à Essert-sous-Champvent, dans le Nord Vaudois, s’associe à la start-up vaudoise CombaGroup pour se lancer dans la production de salades «vivantes», via la société Sylvain&Co Swiss Roots. Une première en Suisse.

«Grâce à ses racines, la salade peut se conserver jusqu’à une semaine et ses feuilles restent croquantes», vante Sylvain Agassis, directeur général de l’entreprise qui porte son prénom. Hormis ces aspects marketing et un packaging au design dans l’ère du temps, c’est surtout la méthode de production utilisée qui est mise en avant par le maraîcher. Cultivées hors sol, dans une serre, les racines des salades «vivantes» sont brumisées grâce à une technologie développée par CombaGroup. «Cela permet de réaliser des économies d’eau à hauteur de 90%, d’éviter les produits de traitement et de produire des salades en Suisse toute l’année», explique Sylvain Agassis. Une démarche qui se veut éco-responsable, en adéquation avec les valeurs portées par l’entreprise.

Le projet est encore en phase de test auprès des consommateurs. Seules une centaine de salades «vivantes» sont actuellement produites. En cas de succès, une serre de 5000 m2 sera bâtie d’ici cet automne, ce afin de produire plusieurs centaines de milliers de salades «vivantes» par an. Celles-ci seront commercialisables à un prix fixe d’environ 2,50 francs pièce, dès janvier 2017, soit une dizaine de centimes de plus que pour des salades déracinnées. Coût du développement de cette nouvelle activité? «Plusieurs millions de francs», selon Sylvain Agassis. Un investissement grâce auquel il espère faire grossir le chiffre d’affaires de son entreprise, aujourd’hui de 46,5 millions de francs. Si l’entreprise emploie aujourd’hui 160 personnes, cette nouvelle production nécessitera l’embauche de 5 à 10 employés supplémentaires.

Vendredi dernier, une centaine de salades «vivantes» ont été mises à disposition à la Coop City de Lausanne. Toutes ont disparu des étales au terme de cette première journée de vente.