Swissquote va piloter l’ICO d’une start-up, une première

Chez LakeDiamond, les diamants sont parfaitement purs, mais pas exactement glamour. Ces pierres sont vues comme des assemblages d’atomes de carbone, réalisés dans des réacteurs mis au point grâce à une quinzaine d’années de recherche et développement, notamment à l’EPFL. Avec sa vingtaine de collaborateurs, la start-up réalise un chiffre d’affaires inférieur au million de francs, en vendant des pièces pour l’horlogerie. Ce ne sont pas des diamants décoratifs, mais des parties mécaniques qui profitent de la dureté et de l’élasticité extrêmes du diamant. Pour se développer et se diversifier, LakeDiamond lance une levée de fonds en émettant des jetons numériques, en collaboration avec la banque en ligne Swissquote. Objectif: 60 millions de francs, pour viser des marchés qui devraient dépasser les 20 milliards de francs dans les quatre ans.

Egalement dénommés «tokens», les jetons émis dans ces levées de fond appelées «ICO» confèrent des droits à leurs détenteurs. Un jeton peut représenter une petite partie du capital d’une entreprise, à l’image d’une action (on parle alors de «security token») ou il peut donner le droit de bénéficier du futur produit ou service de la société financée («utility token»).

Acheter du temps de production

Lake Diamond a choisi une autre voie: ses tokens – dénommés LKD – permettront à un participant d’acheter du temps de production d’un réacteur de l’entreprise et d’échanger ensuite ce temps de production contre une rémunération. «Lorsque LakeDiamond recevra une commande, les investisseurs pourront exercer leur jeton et décider de mettre à disposition le temps de travail qu’ils détiennent pour nous permettre d’honorer cette commande», détaille Pascal Gallo, directeur de LakeDiamond.

Lire aussi: Des conseils pour se financer via la blockchain

«En échange, ils recevront 70% du chiffre d’affaires dégagé par ces minutes ou heures de travail de nos réacteurs, tandis que Lake Diamond se rétribuera pour le travail de transformation des pièces», poursuit le titulaire d’un doctorat en physique quantique et croissance des cristaux, obtenu en 2007 en collaboration avec le Nobel de physique de cette année-là, le chercheur français Albert Fert. Les détenteurs de jetons seront prioritaires pour répondre aux commandes, mais LakeDiamond assurera la production lorsque trop peu de jetons sont exercés.

De cette manière, «le détenteur de jeton est associé à la vie de l’entreprise et peut capter immédiatement une partie des revenus de LakeDiamond, alors qu’un actionnaire devrait attendre le versement de dividendes, des mois ou des années plus tard», résume Nathalie Barzilay, avocate et gemmologue, qui supervise les aspects juridiques de l’ICO.

Activités de plus en plus rémunératrices

Au prix unitaire de 55 centimes, un jeton LKD représente l’équivalent d’une minute de travail d’un réacteur de Lake Diamond. Et quel revenu sera généré par cette minute de travail? Tout dépend de l’activité concernée. Environ 1 franc pour une application dans la micromécanique, dans laquelle Lake Diamond détient déjà un client, et jusqu’à 2,70 francs dans le secteur des capteurs de molécules biologiques ou de l’imagerie cérébrale, où des applications devraient être disponibles dans 5 à 7 ans, selon Pascal Gallo. Les diamants de LakeDiamond devraient également être utilisés pour des lasers à forte puissance, par exemple pour le transfert d’énergie vers des drones, d’ici un ou deux ans.

Lire aussi: La Finma clarifie sa pratique à l’égard des ICO

Mise minimum dans cette ICO? Une heure de travail, soit 33 francs. Quelque 110 millions de jetons seront mis en vente, au fur et à mesure que LakeDiamond enregistrera des commandes. Une plateforme automatisée organisera l’échange des jetons contre du temps de production et la répartition des commandes entre les détenteurs de jetons. Elle a été mise au point par LakeDiamond et une équipe internationale de développeurs.

Swissquote gérera la vente des jetons dans une première phase, entre le 22 octobre et le 11 décembre. «Nous effectuerons les contrôles réglementaires, sur l’origine des fonds investis et l’identité des acquéreurs, qui devront être des clients de Swissquote, ou le devenir s’ils ne le sont pas encore», détaille Michael Ploog, le responsable des finances de la banque en ligne basée à Gland.

Aussi acquérir un diamant

L’implication d’une banque dans une telle levée de fonds est présentée comme une première mondiale par LakeDiamond. Généralement frileux face aux cryptomonnaies, les établissements bancaires le sont encore davantage face aux ICO, justement pour des questions de lutte contre le blanchiment.

Swissquote élargit ainsi son offre d’investissements liés à la blockchain, plus d’un an après avoir permis à ses clients d’acheter et vendre des bitcoins et autres cryptomonnaies. L’objectif de la banque est-il de démocratiser l’investissement dans des ICO? «Pas forcément, nuance Michael Ploog, car l’acquéreur ne recevra quelque chose que si ce projet, qui reste risqué, fonctionne.»

Dans un second temps, la vente des jetons LKD sera ouverte au grand public, probablement au premier trimestre 2019. Un marché pour l’échange de ces tokens devrait ensuite être mis en place, soit par Swissquote, soit à travers l’une des nombreuses plateformes d’échanges spécialisées, comme Coinbase ou Binance ou encore le projet genevois de Taurus.

Enfin, un acheteur de jetons LKD pourra aussi les utiliser pour acquérir un diamant produit par LakeDiamond. La fabrication d’un carat nécessite environ cinquante heures de travail des réacteurs maison, soit 30 000 jetons ou l’équivalent d’une quinzaine de milliers de francs. Un peu moins que la valeur actuelle d’une pierre naturelle de couleur et de pureté optimales.

monchange.ch