Surendettées, les remontées mécaniques de Charmey déposent le bilan

La Société Télécabine Charmey-Les Dents-Vertes en Gruyère, surendettée, dépose son bilan. Le dénouement, annoncé vendredi à Charmey (FR), constitue le terme du long feuilleton des problèmes rencontrés par la station des Préalpes fribourgeoises.

La décision arrêtée par le conseil d’administration de la société a été annoncée à l’occasion d’une conférence de presse tenue pour divulguer les conclusions du travail conduit par la task force de l’Association régionale la Gruyère. Celle-ci avait été mise en place à l’issue de la décision de l’Assemblée communale de Val-de-Charmey du 19 novembre dernier.

Lire également: Un recours complique le sauvetage des remontées de Charmey

Les citoyens avaient alors refusé une hausse d’impôts qui permettait de maintenir l’aide communale aux remontées mécaniques, avec un montant de 600 000 francs. La décision n’avait pas empêché l’ouverture des installations le 1er décembre. Elle avait déclenché toutefois la tenue d’Etats généraux du secteur en Gruyère, avec notamment l’instauration d’une task force en décembre.

La station a fermé ces remontées mécaniques dimanche dernier, en invoquant des motifs préventifs. Le 15 janvier, les citoyens de la commune ont accordé une bouffée d’oxygène en votant une aide de 250 000 francs à la société exploitante, soutien cependant contesté par un recours de quatre citoyens devant la Préfecture de la Gruyère.

Lire aussi: Charmey prête à tourner le dos au ski

Pas plus tard que lundi, divers organismes ont présenté un rapport sur l’avenir des remontées mécaniques fribourgeoises prônant la nécessité d’un soutien public à l’investissement. Le document, appelé «Préalpes Vision 2030», rappelle que le secteur génère 52 millions de francs de retombées économiques dans le canton.

monchange.ch