Semi-confinement: Economiesuisse critique la fermeture des commerces

L’organisation Economiesuisse remet en question la fermeture des commerces non essentiels proclamée cette après-midi par le gouvernement pour freiner la propagation du coronavirus. Elle critique également l’obligation de télétravailleur.

L’organisation faîtière critique également l’obligation du télétravail.

L’organisation faîtière critique également l’obligation du télétravail.

Keystone

Economiesuisse soutient la prolongation des mesures de protection en vigueur. Au vu de la situation épidémiologique, le Conseil fédéral n’a pas le choix, estime l’organisation faîtière. Celle-ci remet en revanche en question le durcissement annoncé.

La fermeture supplémentaire de nombreux commerces, malgré des concepts de protection qui fonctionnent, créé de gros problèmes. Le commerce de détail applique ces concepts avec rigueur depuis des mois. Aussi, economiesuisse estime que la fermeture décidée par le Conseil fédéral est destinée à réduire le risque d’infections possibles dans l’espace public.

L’organisation faîtière critique également l’obligation du télétravail. Là aussi, les concepts élaborés par les entreprises ont fait leurs preuves. De plus, le télétravail n’est tout simplement pas praticable pour toutes les activités. Là où cela est possible, les gens le pratiquent déjà, l’obligation ne fera pas une grande différence.

Les fermetures représentent un important défi pour les secteurs concernés. C’est pourquoi il est capital que le gouvernement ait assoupli les règlementations concernant les cas de rigueur. Il s’agit de verser les sommes prévues rapidement et sans bureaucratie.

A défaut, l’existence de nombreuses entreprises, surtout petites, est menacée de manière aiguë.

ATS

monchange.ch