Samsung doit repousser la sortie de son smartphone pliable

Samsung a dû se résoudre lundi à repousser la sortie de son smartphone pliable Fold pour des problèmes d’écran, un nouveau coup dur dont les conséquences restent à déterminer, trois ans après le fiasco des batteries explosives du Galaxy Note 7.

Lire à ce propos: A 2050 francs pièce, le Fold pourrait coûter cher à Samsung

Le lancement de cet appareil, présenté comme une prouesse technologique et proposé à près de 2000 dollars aux Etats-Unis, était attendu vendredi. Sa sortie est repoussée à une date indéterminée.

Ecrans cassés et affichage défectueux

Des utilisateurs «nous ont fait part du fait que l’appareil avait besoin d’améliorations (…). Pour étudier entièrement ces retours, et réaliser des tests approfondis, nous avons décidé de reporter le lancement du Galaxy Fold», a affirmé le leader mondial des smartphones, promettant des «mesures pour renforcer la protection de l’écran». Certains journalistes et analystes qui avaient reçu le Fold en test aux Etats-Unis avaient fait état de problèmes ces derniers jours, notamment des écrans brisés ou présentant un affichage défectueux.

Sans que l’on sache si cela était à l’origine de ces soucis, il semble que certains aient ôté à tort une couche de protection qui ressemblait fort au film plastique habituel que l’on trouve sur les smartphones neufs: Samsung préviendra les clients qu’il ne faut pas l’enlever. Samsung, actuellement dans une passe compliquée financièrement, avait indiqué la semaine dernière qu’il inspecterait ses Galaxy Fold mais sans parler de report.

Selon le communiqué de lundi, l’écran semble bel et bien présenter des fragilités, en particulier au niveau de la charnière, où des «impacts» peuvent se former. Le groupe évoque aussi un cas où des «substances trouvées à l’intérieur de l’appareil ont affecté la performance de l’écran».

«L’impact indirect pourrait être important»

Mais c’est un produit vitrine pour Samsung, note l’analyste Bob Enderle (Enderle Group), qui au contraire trouve la bévue très inquiétante, d’autant que Samsung aurait sans doute pu se l’épargner en donnant les bonnes informations aux testeurs.

Du coup, «l’impact indirect pourrait être important» pour l’entreprise, poursuit Bob Enderle. «Si un produit vitrine échoue, les gens ne croient plus que vous faites des produits de qualité. Cela peut créer des dégâts énormes», ajoute encore l’analyste, qui pense aussi que cela pourrait être du pain béni pour le chinois Huawei.

En tout état de cause, cela semble donner raison à certains analystes, qui estimaient déjà que la technologie des écrans pliables reste rudimentaire et les prix trop élevés. Samsung avait présenté son appareil en grande pompe à San Francisco en février, prenant alors une longueur d’avance sur ses rivaux, Apple en particulier, en devenant le premier fabricant majeur à lancer un tel smartphone.

Le fiasco du Galaxy Note 7

D’autres avaient suivi, comme Huawei, l’un des trois leaders du marché, avec Samsung et Apple. C’est un nouveau revers pour Samsung, dont la réputation avait pris un sérieux coup en 2016 avec le rappel mondial du Galaxy Note 7 à cause de batteries qui explosaient. Il avait dû procéder à un humiliant rappel planétaire.

Une affaire qui lui a coûté des milliards de dollars et entamé son image, à l’instar de la condamnation de l’héritier de l’empire Samsung Lee Jae-yong dans un énorme scandale de corruption. Le groupe semblait toutefois remonter la pente en terme de réputation et avait présenté en février, outre le Fold, le Galaxy S10 5G, le premier smartphone fonctionnant avec l’internet mobile ultra-rapide.

Le groupe prévoit un plongeon de 60% de son bénéfice d’exploitation au premier trimestre, en raison du ralentissement de son activité de puces mémoire, plombée par une demande en berne. Le marché mondial du smartphone a nettement calé en 2018, poussant les fabricants à se lancer dans une course aux innovations pour le redynamiser.

monchange.ch