Ryanair conclut des accords pour ses pilotes

La compagnie aérienne Ryanair a annoncé vendredi une série d’accords sur les conditions de travail avec des syndicats de pilotes en Europe, au moment même où les personnels de cabine menacent de nouvelles grèves.

Ces accords sociaux sont conclus avec des syndicats qui sont loin d’avoir été les plus virulents lors du conflit social auquel fait toujours face la compagnie à bas coûts irlandaise.

Ils représentent des avancées pour Ryanair mais sont donc loin de régler la fronde sociale déclenchée par les pilotes dans certains pays et surtout par les personnels de cabine, qui ont été le fer de lance de mouvements sociaux récents au sein de la première compagnie européenne.

Ryanair indique dans un communiqué avoir signé cette semaine un accord avec le syndicat des pilotes SPAC au Portugal, Balpa au Royaume-Uni et ANPAC en Italie, prévoyant de meilleures conditions de travail et surtout la négociation d’une convention collective.

La signature d’une convention collective devra permettre aux pilotes employés directement par Ryanair de bénéficier de contrats relevant du droit de leur pays de résidence et non plus du droit irlandais. Il s’agit d’une revendication majeure des syndicats depuis des mois.

Ryanair ajoute en outre anticiper la signature prochaine d’un accord de reconnaissance avec le syndicat de pilotes SEPLA en Espagne, qui permettra également l’ouverture de négociations sur une convention collective.

La compagnie estime que les syndicats ont été encouragés à négocier avec Ryanair compte tenu des nombreuses difficultés rencontrées par d’autres acteurs du low cost en Europe, comme en témoigne la faillite récente de la compagnie danoise Primera Air et de la chypriote Cobalt.

«Ces accords signés avec nos syndicats de pilotes au Portugal, au Royaume-Uni, en Italie et prochainement en Espagne témoignent des progrès considérables que nous réalisons dans la conclusion d’accords avec nos employés sur nos principaux marchés européens», estime Eddie Wilson, directeur du personnel de Ryanair.

La compagnie dit enfin espérer pouvoir signer d’autres accords en Espagne et au Portugal, cette fois avec les personnels de cabine, avec lesquels les rapports sociaux sont toujours très tendus dans de nombreux pays.

«Je m’attends à ce que ces accords en Espagne, et au Portugal en particulier, incitent les syndicats de personnel navigant de ces deux pays à se distancier des employés de compagnies aériennes concurrentes (qui bloquent la progression des discussions) et à conclure rapidement des accords relatifs au personnel navigant dans ces pays», ajoute M. Wilson.

Jeudi soir, les syndicats européens ayant appelé à la grève le 28 septembre (Espagne, Portugal, Belgique, Pays-Bas, Italie et Allemagne) ont menacé de nouveaux mouvements sociaux chez les personnels de cabine d’ici à la fin de l’année si Ryanair ne change pas de position, selon un communiqué du syndicat belge CNE/LBC.

En Allemagne, où les discussions avec les syndicats de pilotes et de personnel de cabine n’ont toujours pas abouti, un accord est possible «probablement dans les trois prochaines semaines», a toutefois déclaré lors d’une conférence de presse à Berlin mercredi le directeur général de Ryanair Michael O’Leary.

La compagnie irlandaise va de son côté dévoiler ses résultats semestriels lundi et devrait en dire plus sur le coût des grèves subies depuis plusieurs mois, qui l’ont déjà contrainte à abaisser ses objectifs financiers annuels. (ats/nxp)

monchange.ch