Robots-conseillers: l’âge de raison

Conçus comme des plateformes d’investissement automatisées à très faible coût, les «robo-advisors» ne cessent d’élargir leur offre de produits et de services. Coopérer avec des instituts établis reste néanmoins une nécessité pour nombre de ces acteurs

Parmi les nombreuses révolutions annoncées en finance, les robots-conseillers, ou robo-advisors en anglais, ont fait l’objet de beaucoup de spéculations ces dernières années. En 2015, Morningstar Research a défini les robots-conseillers comme étant des plateformes numériques proposant des portefeuilles d’investissement automatisés, en partie personnalisés en fonction du profil des utilisateurs, et qui sont directement mis à la disposition des clients finaux.

Lire aussi: Ce que les robots-conseillers peuvent apprendre de l’industrie automobile

monchange.ch