Raiffeisen ne goûte pas la romance de Patrik Gisel

La banque Raiffeisen espérait retrouver le calme après le scandale Pierin Vincenz. Elle avait même trouvé un accord avec le directeur général Patrik Gisel pour qu’il quitte son poste à la fin de l’année. Mais le principal intéressé n’ira peut-être pas jusqu’à là, comme l’explique le Tages-Anzeiger.

Les deux parties négocient activement pour un départ anticipé. La décision, qui pourrait être annoncée dans les prochains jours, reflète la fin de la relation de confiance entre la banque et Patrik Gisel.

Une romance avec une ex-administratrice

Le conseil d’administration n’a en effet pas apprécié d’apprendre par la SonntagsZeitung la romance qu’entretenait son directeur général avec Laurence de la Serna, une ancienne administratrice de Raiffeisen! Patrik Gisel a reconnu les faits lors d’une séance.

Laurence de la Serna a quitté l’instance de surveillance en juin, évoquant des raisons personnelles et des changements dans son environnement professionnel. Patrik Gisel précise bien que leur relation n’a commencé qu’après cette démission mais le conseil d’administration en doute fortement. La banque se refuse à tout commentaire.

Une liste réduite à l’étude

Selon des sources internes, le conseil d’administration n’a pas encore trouvé de remplaçant pour succéder à Patrik Gisel. La procédure est en cours et une liste réduite de candidats est à l’étude. Une annonce pourrait être faite dans les deux semaines suivant l’assemblée des délégués.

La banque est nettement plus avancée pour le poste de président du conseil d’administration. Le candidat désigné est pour le moment Guy Lachappelle, ancien directeur de la banque cantonale de Bâle. Comme il est soutenu par les principaux présidents de région, son élection ne fait aucun doute. Reste à voir son score lors de l’assemblée extraordinaire des délégués le 10 novembre.

Un boulet pour le candidat

L’incertitude ambiante dans la banque décourage des candidats potentiels pour la succession de Patrik Gisel. Un directeur expérimenté qui a été approché par plusieurs représentants de Raiffeisen a préféré renoncer. Surtout que Guy Lachappelle traîne un boulet qui pourrait devenir gênant.

La banque cantonale de Bâle fait l’objet d’une procédure pénale administrative de la part du Département fédéral des finances (DFF). Berne soupçonne l’établissement d’avoir déposé plainte pour blanchiment d’argent trop tard dans le scandale de la société d’investissement ASE.

La plainte n’est pas dirigée contre Guy Lachappelle mais certains au sein de Raiffeisen se demandent comment il n’aurait pas pu être au courant en tant que directeur général. (nxp)

monchange.ch