Pourquoi Uber veut mettre ses chauffeurs sur silence

Difficile de ne pas sourire (ou s’indigner, pour certains) au vu des dernières innovations qu’Uber va lancer sur le marché américain. Via son application, le passager pourra indiquer au chauffeur la température qu’il souhaite dans sa voiture et lui préciser s’il transporte des bagages. Il pourra aussi lui demander de… se taire. Trois options sont en effet disponibles: un «mode silencieux» («Quiet preferred»), un autre «ouvert à la conversation» («Happy to chat») ou «pas de préférence» («No preference»).

Aussi pendant le trajet?

La multinationale ne précise pas si le choix peut se faire aussi durant le trajet, ce qui déshumaniserait encore davantage le rapport entre le chauffeur et son passager. A ce point-là, autant être transporté par un robot, diront certains…

Sauf que cette nouvelle option, d’apparence absurde, peut être utile. Elle pourrait aider des femmes, qui craignent que le chauffeur ne devienne trop insistant, de créer plus facilement une barrière. Les chauffeurs, sous pression pour obtenir constamment une bonne note, pourraient aussi savoir directement les désirs de leurs clients.

Un service… payant

Ce sont des suppositions, certes. Ce qui est certain, c’est qu’Uber cherche par tous les moyens à faire payer davantage ses clients. Car ces options ne sont disponibles que pour le service premium UberBlack.


La précédente chronique: L’intelligence artificielle permet de lutter contre les cambriolages en Suisse  

monchange.ch