Pour ses 10 ans, Airbnb mise sur les hôtels et le luxe

Airbnb, créé en 2008 comme une plateforme de location de meublés touristiques entre particuliers, va proposer de façon beaucoup plus visible des hébergements professionnels, comme certains hôtels, une des illustrations de sa stratégie d’expansion dévoilée jeudi 22 février.

Il y a dix ans, «l’idée que des gens pouvaient séjourner chez des inconnus était considérée comme une idée folle. Aujourd’hui, ce sont des millions de gens qui chaque nuit font cela. Mais nous voulons aller plus loin (…) de façon à ce que dans dix ans, plus d’un milliard de personnes chaque année profitent de l’expérience» Airbnb, a indiqué jeudi son patron et co-fondateur Brian Chesky, cité dans un communiqué.

Lire aussi: L’Airbnb pour musulmans débarque en Suisse

Pour ce faire, le groupe va notamment proposer de nouvelles catégories de recherche d’hébergements, comme maisons d’hôtes («Bed and Breakfast», B&B) ou «boutiques» hôtels (petits hôtels de quelques dizaines de chambres le plus souvent indépendants, proposant une décoration soignée), ce qui devrait attirer davantage de professionnels car ils seront plus visibles.

L’entrée en Bourse, pas d’actualité

Airbnb a aussi annoncé des nouveautés comme des demeures «de luxe» ou encore des logements «Plus», qui ont été vérifiés sur place par Airbnb pour leur qualité et leur confort. Pour faciliter les recherches, il sera aussi possible de chercher un hébergement en fonction de nouveaux critères: famille, travail, voyage de noces, groupes etc… Ces nouveautés font entrer un peu plus Airbnb sur le terrain de l’hôtellerie mais son dirigeant a toujours dit qu’il n’avait pas l’intention de proposer de «l’hôtellerie de masse».

Airbnb, basé à San Francisco, «propose 4,5 millions d’hébergements dans 81 000 villes. En dix ans, les hôtes Airbnb ont gagné 41 milliards de dollars et les clients ont séjourné dans un Airbnb plus de 300 millions de fois», a fait valoir la plateforme. Alors que le nom d’Airbnb était régulièrement évoqué pour une entrée en Bourse cette année, Brian Chesky a indiqué début février que cela n’était pas d’actualité.

monchange.ch
Send money abroad