Philip Morris, sponsor du pavillon suisse à Dubaï. Tollé

Du 20 octobre 2020 au 10 avril 2021, les visiteurs du pavillon suisse à l’Exposition universelle de Dubaï auront le loisir d’y effectuer une randonnée virtuelle, de contempler des paysages suisses, de découvrir une économie qui concilie tradition et innovation et de se sustenter dans un restaurant qui proposera raclette et vins valaisans et vaudois. Pour finir en beauté, ils pourront, s’ils le souhaitent, se rendre au salon et se délecter du nouveau dispositif de tabac chauffé Iqos de Philip Morris.

Lire aussi: L’Iqos est aussi toxique que la cigarette

Cette perspective n’a rien d’une plaisanterie. Elle est réelle grâce au partenariat qu’a noué Présence Suisse, organe de la promotion de la Suisse à l’étranger, avec la multinationale du tabac pour Expo 2020 Dubai, selon une information diffusée par la RTS vendredi matin. Pour assurer sa présence au Salon du pavillon suisse surnommé «Belles vues», conçu par le cabinet d’architectes zurichois OOS, le numéro un mondial de la cigarette déboursera 1,8 million de francs. «La Confédération nous demande de trouver des sponsors à hauteur de 50% du budget de la participation, qui s’élève à environ 15 millions, relève Nicolas Bideau, directeur de Présence Suisse. J’étais conscient que cette collaboration pourrait susciter des discussions.» Il assure qu’il n’y aura pas de publicité pour les cigarettes électroniques le long du parcours du visiteur.

Croissance et emploi

Nicolas Bideau tient tout de même à souligner que le secteur du tabac fait bel et bien partie du paysage économique suisse, comprenant à la fois les fabricants de cigarettes et leurs centres de recherche et de développement, ainsi que les cultivateurs de tabac. «Le système Iqos a été développé à Neuchâtel, souligne-t-il. L’ensemble du secteur représente de la croissance et de l’emploi, mais j’admets que nous sommes face à un sujet culturellement complexe.» Les autres grands sponsors sont Schindler, Swiss Diamond Technology, Nestlé, Novartis et Clariant.

Lire également: Philip Morris veut convaincre que son avenir se fera sans cigarettes

Il n’empêche que le partenariat avec Philip Morris soulève un tollé dans les milieux antitabac suisses. Verena El Fehri, directrice de l’Association suisse pour la prévention du tabagisme, se dit choquée. «Bien entendu, Philip Morris et les autres fabricants de cigarettes sponsorisent des événements ou des organisations privées, lance-t-elle. Mais de là à imaginer que l’entreprise se trouvera au cœur du pavillon suisse, c’est un pas que je n’aurais jamais franchi.» Selon elle, Présence Suisse offre à Philip Morris une plateforme officielle pour promouvoir son système Iqos, mais, indirectement, ce sera aussi de la publicité pour ses marques de cigarettes.

Enorme tache

«C’est l’image de la Suisse qui sera écornée, dénonce Markus Meury, porte-parole d’Addiction Suisse, une organisation qui combat toutes les formes d’addiction. Non seulement nous sommes le seul pays européen à ne pas ratifier la convention de l’Organisation mondiale de la santé sur la publicité liée au tabac, mais nous allons accueillir Philip Morris dans notre pavillon national à Dubaï. Ce sera une grosse tache sur l’image de notre pays.»

«La Confédération doit renoncer au partenariat avec Philip Morris», insistent en chœur Verena El Fehri et Markus Meury. En effet, dans une lettre adressée à Ignazio Cassis, chef du Département fédéral des affaires étrangères, les milieux antitabac affirment qu’en s’associant avec un fabricant de cigarettes, la Confédération sera la risée de toute la planète. Ce dans un contexte global de lutte contre le tabagisme, qui est responsable de 9500 décès en Suisse et des millions dans le monde chaque année. Selon eux, la Suisse dispose de moyens pour financer sa présence à Dubaï «sans avoir recours à des sponsors douteux».

Contradiction

Même l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a jugé utile de prendre position à propos du financement du pavillon suisse par Philip Morris: «La collaboration avec l’industrie du tabac dans le cadre de l’Exposition universelle entre en contradiction avec nos efforts de prévention. L’OFSP n’a pas été contacté au préalable afin de pouvoir donner son appréciation sur ce partenariat, ce que nous regrettons vivement.»

Contacté par Le Temps, Philip Morris n’a pas répondu. Force est de constater qu’il a abandonné son projet de «flagship store» au Flon, à Lausanne, qui devait permettre aux fumeurs de boire un verre et de manger tout en découvrant le système de «tabac chauffé» Iqos. Officiellement, une telle activité n’était plus pertinente. Officieusement, le projet avait fait l’objet de beaucoup de critiques, y compris politiques. Selon Présence Suisse, c’est le même type d’activité que la multinationale compte mener dans le pavillon suisse à Expo 2020 Dubai.

Lire finalement: Philip Morris renonce à un projet contesté

Il faut dire que Philip Morris ainsi que d’autres fabricants de cigarettes sont constamment sous le feu de critiques. «Pendant des décennies, ils ont nié les effets néfastes du tabac et les voilà à présent qui défendent l’idée d’un monde sans fumée», dénonce Verena El Fehri. A ce propos, l’Organisation mondiale de la santé vient de mettre Philip Morris en garde contre ses efforts pour faire rebaptiser la Journée annuelle de l’ONU sans tabac. La multinationale veut qu’on la renomme Journée mondiale sans fumée, ce qui fait directement référence à son dispositif de tabac chauffé Iqos.

monchange.ch