Ouverture des stations de ski: Paris fait de l’ombre aux Portes du Soleil

Premières neiges sur les Gets. Une douce poudreuse qu’aucun pas ne viendra tasser. La station comme toutes les autres en France est fermée, tout du moins les installations de ski, jusqu’à a minima mi-janvier. Paris a pris cette décision dans sa lutte contre la pandémie. Un homme là-haut, sur la piste de Chavannes, s’affaire autour d’une cabine. Un employé des remontées que l’on occupe comme l’on peut, en lui fourguant des travaux de bricolage. Devant l’office de tourisme qui a rouvert ce lundi 30 novembre, deux employés municipaux décorent le traîneau du Père Noël. Un passant dit: «Lui il viendra mais ce sera peut-être le seul.» Les Gets, en Haute-Savoie, à 1200 mètres d’altitude, 18 000 lits touristiques, l’une des 12 stations des Portes du Soleil (8 en France, 4 en Suisse) qui recensent 600 km d’espace de glisse, 289 pistes et 196 remontées mécaniques.

«Les Suisses ne sont pas réglos»

Les brochures vantent l’accord parfait entre voisins, «skier avec un forfait unique en France le matin, en Suisse l’après-midi ou le contraire sans même s’en rendre compte». Mais cette fin d’automne marque un différend entre Haut-Savoyards et Valaisans. Berne a autorisé l’ouverture cet hiver des remontées mécaniques en dépit de la crise sanitaire. On skiera d’un côté, pas de l’autre. Un début de polémique est né à la suite des propos entendus en Suisse laissant entendre qu’à Champéry ou Torgon on avait l’intention d’absorber la clientèle des régions limitrophes. Notamment en mettant en place un bus navette entre Châtel et Morgins. Enrique Caballero, président des Portes du Soleil Suisse, juge qu’il y a eu malentendu: «Il ne s’agit pas de démarcher de l’autre côté ou de se livrer à de la concurrence déloyale mais de maîtriser le flux circulatoire qui ne devrait d’ailleurs pas être énorme.

monchange.ch