Organisation mondiale du commerce : Ngozi ravie de diriger une des entités «les plus importantes»

La Nigériane a affirmé lundi être «prête» à prendre la tête de l’instance mondiale chargée de la libéralisation du commerce et du règlement des conflits commerciaux.

Ngozi Okonjo-Iweala, la nouvelle patronne de l’Organisation mondiale du commerce.

Ngozi Okonjo-Iweala, la nouvelle patronne de l’Organisation mondiale du commerce.

KEYSTONE

Ngozi Okonjo-Iweala, nouvelle patronne de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Genève, est ravie de diriger «l’une des institutions les plus importantes au monde». Lundi, la Nigériane a fustigé les journaux alémaniques qui l’avaient désignée comme «grand-mère».

«Nous avons beaucoup de travail. Je me sens prête», a affirmé la septième directrice générale de l’OMC à son arrivée au siège de l’organisation. Sa désignation comme première femme et première Africaine à la tête de cette institution a été largement saluée comme «historique» par de nombreux acteurs mondiaux.

Mais elle s’est aussi accompagnée d’une polémique, en Suisse puis avec une dimension internationale. Dans son premier tweet comme directrice générale, «Dr Ngozi», comme elle souhaite être appelée, est revenue pour la première fois sur le titre de plusieurs journaux alémaniques de CH Media sur la «grand-mère» qui allait diriger l’OMC.

Elle a remercié les dirigeantes africaines de l’ONU et les plus de 120 ambassadeurs, numéros deux de mission et patrons d’autres organisations de la Genève internationale qui ont dénoncé ces journaux alémaniques. «Nous devons rappeler à l’ordre cette attitude lorsqu’elle est observée», affirme-t-elle après un titre considéré comme «sexiste» et «raciste».

Les ambassadeurs de la Genève internationale qui ont envoyé une lettre aux responsables de ces journaux ont aussi laissé entendre que «présenter des personnalités internationales dans des termes plutôt péjoratifs et rabaissants» pourrait porter préjudice à la politique suisse d’Etat-hôte. Face aux critiques outrées par la formulation dans ses journaux, dont l’Aargauer Zeitung ou la Luzerner Zeitung, CH Media s’était rapidement excusé et avait modifié son article en ligne.

Vaccination équitable

Il avait exclu toute motivation raciste derrière ce titre. «En lisant le texte, on s’en rend compte», avait souligné le directeur éditorial du groupe, Pascal Hollenstein.

Ministre nigériane à plusieurs reprises, Dr Ngozi a également oeuvré au sein d’organisations internationales. Elle souhaite que l’OMC améliore la situation des pays pauvres et contribue comme elle le peut à la vaccination équitable contre le coronavirus.

Sur cette seconde question, les discussions actuelles entre les membres n’ont pas permis d’atteindre un consensus. De nombreux Etats sont favorables à des exceptions aux brevets, demandées par des ONG comme Médecins Sans Frontières (MSF).

Division

Mais des pays riches, dont la Suisse, appuient les entreprises pharmaceutiques et estiment de leur côté que l’accord sur ces questions déjà en vigueur (ADPIC) suffit. Dr Ngozi s’est montrée conciliante en appelant à une voie intermédiaire. Elle souhaite oeuvrer comme médiatrice entre ces blocs.

Autres inquiétudes, la Nigériane devra aussi s’activer pour mettre un terme à la crise institutionnelle de l’OMC, en raison du blocage américain du renouvèlement des juges du tribunal d’appel. La nouvelle administration de Joe Biden maintient l’attitude de celle de Donald Trump.

Les discussions pour éliminer les subventions à la surpêche n’ont elles toujours pas abouti. Là encore, la question sera urgente pour la patronne de l’organisation.

ATS


monchange.ch