Nestlé vise zéro gaz à effet de serre d’ici à 2050

Depuis quatre ans, Nestlé avait déjà réorienté ses objectifs afin de maintenir l’augmentation de la température mondiale au-dessous de 2 degrés. Elle s’engage désormais à établir un plan conforme à la trajectoire visant le 1,5 degré, conformément aux Accords de Paris.
L’enjeu est de taille pour le groupe, présent à la fois dans l’alimentation, l’eau et l’agriculture, mais le calendrier des événements ne laisse plus le choix, a déclaré hier son directeur général Mark Schneider: «Le changement climatique est l’une des plus grandes menaces auxquelles nous sommes confrontés en tant que société. C’est aussi l’un des plus grands risques pour l’avenir de nos activités».
L’entreprise a d’ores et déjà listé un certain nombre d’actions spécifiques, car «la tâche est énorme, a renchéri le directeur des opérations Magdi Batato. Nous aurons besoin de nos fournisseurs pour entreprendre ce voyage avec nous, car cela entraînera un changement majeur dans la façon dont nos ingrédients sont produits et approvisionnés».

Électricité 100% renouvelable et aliments équilibrés

Concrètement, Nestlé lancera davantage de produits ayant une meilleure empreinte environnementale, et contribuant à une alimentation équilibrée, soit davantage d’aliments et de boissons à base de plantes, en recourant de surcroît à «des ingrédients plus respectueux du climat». Elle va également «renforcer ses programmes avec les agriculteurs pour restaurer les terres et limiter les émissions de gaz à effet de serre», tout en préservant la biodiversité via du reboisement notamment.
Enfin, la multinationale entend recourir à de l’électricité 100% renouvelable dans l’ensemble des usines, des entrepôts, de la logistique et des bureaux. C’est déjà le cas actuellement dans un tiers de ses usines (143 exactement). Les efforts consentis depuis quatre ans portent déjà leurs fruits, assure Nestlé: les émissions de gaz à effet de serre ont déjà diminué de près de 40%. Sur l’ensemble de sa chaîne de valeur, cette réduction équivaut au retrait de 1,2 million de voitures de la circulation.

Nouveau centre de recherche pour bannir le plastique

Toutes ces actions répondent à la demande des consommateurs, très sensibles à la pollution due au plastique. Parallèlement à la divulgation de ces objectifs climatiques, Nestlé inaugurait justement hier à Vers-chez-les-Blancs (VD) son nouvel institut de recherche sur les nouvelles techniques de conditionnement, en accord avec l’engagement mondial de la New Plastics Economy, qu’elle a été l’une des premières entreprises à signer.

Matériaux végétaux, compostables et biodégradables

Cet institut se concentrera principalement sur les domaines scientifiques et technologiques tels que «les emballages rechargeables ou réutilisables, les matériaux d’emballage simplifiés, les matériaux recyclés, les papiers et matériaux d’origine végétale hautement performants, ainsi que les matériaux compostables et biodégradables». La conversion est amorcée: les emballages de la poudre cacao Nesquik All Natural et des barres chocolatées Yes! sont par exemple déjà constituées de papier recyclable.

monchange.ch