Nestlé porté par la consommation à domicile

Bénéfice supérieur aux attentes pour Nestlé. Le géant alimentaire vaudois a réalisé un gain de 5,9 milliards de francs au premier semestre, en augmentation de 18,3%, malgré les conséquences économiques de la pandémie. Son chiffre d’affaires a par contre reculé de 9,5%, à 41,2 milliards, tandis que son résultat opérationnel (EBIT) a enregistré un repli de 7,9%, à 7,16 milliards. Sa croissance organique s’élève à 2,8%, contre 3,6% au premier semestre 2019, et ses liquidités se montent à 3,3 milliards de francs.

Ces résultats sont en grande partie conformes aux prévisions, exception faite du bénéfice net. Le consensus des analystes d’AWP tablait sur un gain inférieur, à 5,5 milliards. La croissance «a été portée par la dynamique soutenue sur le continent américain, par les produits pour animaux de compagnie Purina et par Nestlé Health Science», indique le groupe dans son communiqué.

Lire aussi: La croissance de Nestlé en 2019 déçoit, la rentabilité rassure

Davantage de consommation à domicile

De manière générale, la demande de produits de consommation à domicile a augmenté (produits laitiers, aliments, café, santé personnelle). Elle a par contre baissé dans le domaine «hors foyer», qui concerne la consommation à l’emporter et les achats impulsifs. Cela se traduit par un recul de l’activité eau et confiserie, ainsi que des boutiques Nespresso.

La multinationale a peu été affectée par le Covid-19. Elle indique avoir rapidement pris des mesures pour faire face «à cette nouvelle réalité». Les sites de production et de distribution ont ainsi pu poursuivre leurs activités «sans perturbations majeures». Nestlé a par ailleurs renforcé ses canaux de distribution numérique, et ses ventes en ligne ont augmenté de 48,9% pour atteindre 12,4% des ventes totales du groupe.

Tous les marchés n’ont pas réagi de la même manière à la pandémie. Si l’Amérique du Nord s’est montrée résiliente tout au long du semestre, la Chine a enregistré une baisse des ventes à deux chiffres avant de retrouver une croissance «presque à un niveau neutre» au deuxième trimestre.

Lire aussi: Nestlé récolte les premiers fruits de sa transformation

Fin d’année dans la continuité

Nestlé évalue à 290 millions de francs les coûts associés à la crise du coronavirus. Ce montant inclut les primes versées aux employés, les dépenses pour les protocoles de sécurité ainsi que les dons et autres allocations au personnel et aux clients. Le groupe a également «absorbé des coûts de 120 millions de francs liés au personnel et aux installations inutilisées suite aux mesures de confinement».

Le groupe veveysan estime que les derniers développements de la pandémie de coronavirus ne devraient pas détériorer de manière importante la suite de son activité au cours de l’année. Nestlé prévoit une croissance organique des ventes 2020 entre 2 et 3%, avec une marge opérationnelle courante récurrente et une rentabilité du capital qui devrait s’améliorer.

monchange.ch