Mesurer la performance au travail, oui, mais le bien-être aussi

Au travail, la tendance consiste à privilégier les données quantifiables par rapport à celles qui ne le sont pas. En mettant par exemple d’un côté les heures travaillées, les performances et les résultats, et de l’autre le bien-être et la santé des collaborateurs.

Et pourtant, des outils existent pour mesurer aussi ces aspects qui, de prime abord, semblent plus subjectifs. Le Job-Stress-Analysis de Promotion Santé Suisse, instrument d’analyse en ligne, permet d’obtenir ponctuellement une image détaillée des contraintes et ressources au sein d’une entreprise. Le niveau d’engagement suscité par un manager est aussi un indicateur du bien-être des collaborateurs que Raphaël H. Cohen, qui dirige une formation en leadership entrepreneurial à l’Université de Genève, encourage à utiliser depuis bien longtemps.

monchange.ch