L’industrie du burger s’adapte à la mode végane

Dès mercredi prochain, The Hamburger Foundation proposera à la carte de ses trois restaurants et de ses deux food trucks une version 100% végane du célèbre sandwich américain. La chaîne genevoise pourra servir cette alternative à base de viande végétale grâce à son partenaire américain: Beyond Meat.

«Après avoir dégusté plusieurs alternatives véganes disponibles sur le marché, leur steak haché végétal est celui que nous avons préféré», assure Marc Gouzer. Celui qui a cofondé The Hamburger Foundation ajoute que pour «répondre aux normes véganes, son équipe de boulangers (ndlr: l’entreprise genevoise exploite ses propres boulangerie et boucherie) s’est en plus attelée à développer une toute nouvelle recette de pain… sans œuf ni beurre».

En ce qui concerne Beyond Meat, la société américaine s’est vite fait remarquer pour sa recette de viande à base de plantes dont la texture et le goût seraient très proches de sa version animale. Sa notoriété a surtout fait un bond au vu du panel de célébrités qu’elle compte dans son pool originel d’investisseurs. Leonardo DiCaprio, Bill Gates ou encore Shaquille O’Neal ont en effet décidé de miser sur ce marché en plein boom.

Au cours des derniers mois, plusieurs alternatives véganes pouvant remplacer la viande dans les hamburgers ont fait parler d’elles. Lors du dernier CES de Las Vegas, cette grand-messe dédiée aux nouvelles technologies, Impossible Foods est par exemple revenu à la charge avec sa viande végane de deuxième génération.

Après l’échec d’une première recette il y a deux ans, sa nouvelle formule a fait l’unanimité auprès des visiteurs du salon, et cela tant en termes de consistance que de goût (tous deux très proches de la viande de bœuf). L’envoyé spécial de «Popular Science» assurait dans une critique qu’une fois «introduit dans un petit pain et accompagné de quelques garnitures, le consommateur pourrait bien ne pas remarquer les différences avec du vrai bœuf».

Burger King sur les rangs

Il y a trois jours, Impossible Foods franchissait un cap majeur dans son développement en annonçant son alliance avec Burger King. Dans le Missouri, le géant américain est en effet en train de tester une version se composant de protéines de soja et de pomme de terre, d’huile de coco et de tournesol ou encore de hème (une molécule riche en fer donnant une couleur rouge similaire à celle de la viande).

Cette première expérience pourrait vite faire des émules au sein de toute l’industrie au vu des réactions qui ont suivi l’annonce de Burger King. En quelques heures, une pétition en ligne est en effet parvenue à réunir 162 000 signatures, appelant l’un de ses principaux concurrents – le groupe McDonald’s – à en faire de même. «Montons la pression sur McDonald’s en leur disant que si Burger King peut le faire, un hamburger sans viande n’est plus impossible», écrivaient les internautes à l’origine de la pétition.

De petits acteurs comme Beyond Meat, Impossible Burger ou encore Moving Mountains® Burger en Angleterre ne sont pas les seuls à vouloir s’installer dans ce créneau porteur. Nestlé est en effet sur le point de commercialiser sa propre version du burger végane. Sous sa marque Garden Gourmet, le géant veveysan devrait démarrer ce mois la vente, dans certains pays européens, de son Incredible Burger, confectionné à 100% à base de plantes.

Mode ou révolution?

Au vu de ces nombreux tests menés par l’ensemble de l’industrie du burger, une question subsiste: S’agit-il d’un simple effet de mode ou au contraire d’une vraie tendance de fond apte à révolutionner ce marché?

«Honnêtement, je n’en sais rien. Chez The Hamburger Foundation, nous avons tout de suite été intéressés par cette proposition étant donné qu’elle nous permet d’être en phase avec l’évolution de la société. Au vu des défis écologiques auxquels nous sommes confrontés, j’espère sincèrement que cette tendance prendra sur le long terme et permettra de lutter contre toute cette offre à base de viande de mauvaise qualité et propre au monde du fast-food», raconte Marc Gouzer.

Nestlé semble avoir la même vision: «Les perspectives s’annoncent solides pour les aliments à base de plantes. Ils devraient en effet générer des ventes de l’ordre du milliard de dollars d’ici à dix ans pour Nestlé», répondait à Bloomberg Laurent Freixe, directeur pour la zone des États-Unis du géant veveysan.

(TDG)

monchange.ch