L’impôt sur la fortune est un anachronisme

Opinion 

OPINION. L’impôt sur la fortune est un boulet pour les entrepreneurs suisses et un repoussoir pour ceux qui désireraient venir s’y implanter, affirment Jean-Daniel Balet et Benjamin Lebreton, respectivement membre fondateur et membre du comité de SwissRespect

La Suisse s’entête à imposer la fortune des particuliers. C’est un peu le dernier des Mohicans en la matière puisque la plupart des pays du monde y ont renoncé. Près de chez nous, l’Italie, l’Allemagne et l’Autriche ont aboli, déjà au siècle dernier, cet impôt qui s’applique sur le patrimoine d’un individu, alors que le Luxembourg et la France (en dehors de la fortune immobilière) l’ont fait très récemment. A noter que notre grande voisine a toujours exonéré de l’ISF l’outil professionnel de l’entrepreneur, y compris l’immobilier affecté à l’activité professionnelle, ce qui n’est malheureusement pas le cas dans notre pays.

Lire aussi:«Des Suisses risquent d’être imposés sur leur immobilier en France»

monchange.ch