Les tweets de Trump font baisser les marchés

Les marchés actions américains ont progressé de près de 40% depuis que Donald Trump est devenu président des Etats-Unis. On peut donc se demander si, pour les marchés financiers, le président américain est un atout (c’est la traduction de trump en français). Des spécialistes ont la réponse: pas vraiment.

Lire aussi notre ancien éditorial: Le facteur Trump et les marchés financiers

Pour l’occupant de la Maison-Blanche, des marchés en hausse signifient qu’il fait du bon travail et qu’il devrait être réélu en novembre 2020. Alors Donald Trump tweete pour soutenir les marchés. Il tweete et il tweete encore: plus de 10 000 fois depuis qu’il a pris ses fonctions. Pas toujours avec efficacité. Sur les 4000 messages qui ne sont pas des retweets, seuls 146 ont fait bouger les marchés, selon un rapport de Bank of America Merrill Lynch.

Surtout, plus Trump tweete durant une journée, moins les marchés actions montent, ont calculé des analystes de la banque américaine. Depuis 2016, les jours au cours desquels l’actuel président américain a envoyé plus de 35 tweets se sont achevés avec des marchés en recul moyen de 9 points de base, soit 0,09%. A l’inverse, les journées moins frénétiques (qui ont compté moins de cinq tweets) ont en moyenne dégagé une performance positive de 0,05% sur les marchés.

Couché à 5h du matin, levé à 10h

Une autre analyse des tweets présidentiels lève le voile sur les habitudes de vie de Donald Trump. Selon une étude de JPMorgan, l’ancien magnat de l’immobilier new-yorkais dort entre 5h du matin et 10h du matin. Comment les limiers de la banque le savent-ils? Parce que le compte Twitter du président n’est pas utilisé durant cette plage horaire. C’est entre midi et 14h qu’il est le plus sollicité. Et il y a trois fois plus de chances qu’un tweet parte aux alentours de 13h qu’à n’importe quelle autre heure de l’après-midi ou de la soirée.

JPMorgan a même construit un indice pour mesurer l’effet des tweets de Trump sur les marchés obligataires. Nommé Volfefe, en référence au mystérieux message qui se résumait au seul mot «covfefe», l’indice repère les tweets contenant des mots clés comme Chine, milliards ou produits.

monchange.ch