Les sept raisons de l’écart de rente hommes-femmes

L’écart de rentes entre hommes et femmes est un phénomène mondial. Au sein de l’UE (Pension adequacy Report 2018), l’écart atteint 37,2% en moyenne et se situe entre 1,8 et 48,7%, selon les pays. La disparité dépasse 44% pour Chypre, les Pays-Bas et Malte.

Les plus bas sont ceux de l’Estonie (1,8%), du Danemark (7,7%) et de la Slovaquie (8,1%). L’écart a toutefois diminué par rapport aux 41% de 2009.

L’impact de l’espérance de vie

En Suisse, selon le rapport Ecarts de rentes en Suisse (172 pages), les femmes reçoivent une rente LPP inférieure de 37% à celle des hommes, soit d’environ 20 000 francs de moins. L’écart de rentes entre hommes et femmes «n’est pas une fatalité», avance Swiss Life. Les sept raisons pour lesquelles les femmes ont moins d’argent à la retraite sont les suivantes:

1. Les femmes vivent plus longtemps que les hommes et perçoivent des allocations six années supplémentaires (82 ans contre 76 ans, dans les pays industrialisés). En Suisse, à 65 ans, l’espérance de vie est de 22,5 ans pour les femmes et de 19,7 ans pour les hommes (en 2017). Il y a vingt ans, elle était de 20,4 ans pour les femmes et de 16,5 ans pour les hommes, selon l’Office fédéral de la statistique.

2. Les femmes prennent leur retraite plus tôt en raison d’un âge légal de la retraite inférieur (d’un an en Suisse, 64 contre 65, de cinq ans dans des pays comme la Pologne et l’Autriche), si bien qu’elles cotisent moins longtemps. En Suisse, pour obtenir une rente AVS complète, les femmes doivent cotiser 43 ans, les hommes 44 ans.

3. Les femmes sont plus nombreuses à ne pas exercer d’activité professionnelle. Dans le monde, la moitié d’entre elles exercent une activité lucrative, contre huit hommes sur dix. En Suisse, le taux d’emploi des femmes est de 60,7%, contre 66,8% en France et 74,5% en Allemagne.

4. Les femmes travaillent plus souvent à temps partiel (c’est-à-dire avec un taux d’occupation inférieur à 90%). En Suisse, six femmes sur dix sont dans ce cas, contre moins de deux hommes sur dix.

5. Les femmes ont souvent des «petits boulots». En Allemagne, plus de cinq millions de personnes exercent des emplois à 450 euros par mois, dont les deux tiers sont des femmes.

6. Les femmes gagnent moins. L’écart est de 18% en Suisse, de 16,3% en moyenne dans l’UE.

7. Les femmes ont moins de connaissances en finances, selon des études du National Bureau of Economic Research. Dans les couples mariés, la prévoyance vieillesse est souvent l’affaire des hommes, selon Swiss Life.

«La vérification de sa situation à la retraite, par l’étude du certificat envoyé annuellement par la caisse de pension, est le premier conseil donné aux femmes», selon Roland Bron, directeur de VZ en Suisse romande. Le regard ne doit pas seulement se porter sur le montant prévu à la retraite, mais aussi sur la couverture des risques de décès et d’invalidité. «Si une femme travaille à temps partiel, l’analyse de ces deux derniers points est particulièrement importante», ajoute-t-il. Si la protection est trop modeste, il est recommandé de souscrire à une assurance complémentaire, également appelée assurance risque pur.

Attention à la situation de famille

Les perspectives de rente de vieillesse dépendent sensiblement de la situation de famille, estime Roland Bron. Un travail à temps partiel entraîne une faible couverture dans la caisse de pension. Ces différences se révèlent encore plus importantes pour une femme seule ou divorcée, d’autant que le temps partiel est «synonyme d’insécurité de l’emploi, d’une moins bonne couverture sociale et d’une quantité plus limitée d’opportunités de carrière et de perfectionnement», selon Roland Bron.

Lire aussi: Consentir à plus d’égalité dans la prévoyance

VZ prend l’exemple suivant: bientôt mère, une femme de 35 ans réduit son taux d’occupation de 100% à 40%. D’ici à sa retraite, elle l’augmentera de nouveau progressivement jusqu’à 80%. Conséquence: si cette femme avait toujours travaillé à 100% jusqu’à l’âge de la retraite AVS (64 ans), elle aurait épargné au total 441 707 francs dans sa caisse de pension. En travaillant à temps partiel, elle n’a pu épargner que 258 107 francs, soit 42% ou 183 600 francs de moins. Toute personne travaillant à temps partiel devrait donc examiner attentivement ce que ce choix signifie pour sa couverture financière.

Cotiser depuis l’âge de 21 ans

Il importe de savoir que pour l’AVS, le montant de la rente dépend du nombre d’années et du revenu. Pour obtenir une rente complète, il faut avoir versé toutes ses cotisations depuis sa 21e année. La rente maximale s’élève à 2370 francs par mois pour un salaire annuel de 85 320 francs. Avec un temps partiel, un revenu rarement atteint. La rente minimale s’élève à 1185 francs.

Une fois à la retraite, les personnes mariées peuvent s’attendre à recevoir la moitié des cotisations AVS versées par l’autre conjoint depuis le mariage. Ce splitting est un avantage pour les personnes sans activité lucrative ou à temps partiel. Ce principe vaut aussi en cas de divorce pour les années que les personnes ont été mariées, précise Roland Bron. Si une personne ne travaille pas, VZ rappelle qu’elle doit verser au moins 482 francs par an à l’AVS. Les personnes mariées ne sont pas concernées par cette obligation si l’un des deux conjoints exerce une activité lucrative et verse des cotisations de 964 francs par an au minimum. Pour toute année de cotisation manquante, par exemple en cas de séjour à l’étranger, la rente est réduite en proportion. Les cotisations manquantes peuvent encore être payées dans un délai de cinq ans.

Combler ses «lacunes de prévoyance»

Dans le deuxième pilier, les collaborateurs à temps partiel obtiennent une rente inférieure non seulement parce que leur revenu et leurs cotisations seront inférieurs, mais aussi à cause du «montant de coordination», un montant déduit du revenu afin de définir le salaire assuré. Ainsi, une personne qui gagne 40 000 francs est assurée à raison de 15 115 francs seulement. Certaines caisses de pension réduisent cette déduction de coordination pour les assurés qui travaillent à temps partiel. Ce salaire sert de base pour les cotisations, mais aussi pour les rentes de vieillesse.

Lire aussi:  La LPP discrimine les femmes

Une personne peut combler, au moins partiellement, ses «lacunes de prévoyance» en procédant à des rachats dans sa caisse de pension ou investir dans le pilier 3a (maximum de 6826 francs par an). «Même pour de petits montants, par exemple de 2000 francs, l’impact à long terme peut être significatif sur la rente», déclare Roland Bron.

monchange.ch