Les investissements chinois baissent en Suisse et en Europe

Fusions & acquisitions

En 2019, 12 entreprises suisses sont passées aux mains d’acquéreurs chinois. En Europe, des règles plus strictes freinent aussi les reprises. Une étude d’EY met en garde contre une nouvelle baisse en 2020, liée au coronavirus

Le coronavirus n’épargne aucun secteur d’activité en Chine et les investissements chinois à l’étranger ne font pas exception. «Ces jours-ci, la prévention de la propagation de l’épidémie est une priorité absolue, souligne Yu Sun, responsable des China Business Services chez EY pour l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse. Dès lors, suivant l’évolution de la crise sanitaire ces prochaines semaines, il est possible qu’on assiste à une baisse des investissements chinois à l’étranger au premier trimestre.»

Lire aussi: Barrage suisse contre les capitaux chinois

monchange.ch