Les hypothèques à taux négatif débarquent en Suisse!

Le quotidien zurichois appelle cela «la fin d’un tabou». Selon un sondage réalisé auprès des vingt-quatre banques cantonales de Suisse, deux ont répondu par l’affirmative à la question: «Avez-vous déjà octroyé des crédits hypothécaires avec un taux d’intérêt négatif?». Il s’agit de celles de Zoug et des Grisons.
«Nous le faisons dans des cas particuliers», répond ainsi Carmen Wyss, porte-parole de la Banque cantonale de Zoug. Son homologue des Grisons, Thomas Müller, renchérit, en se montrant un peu plus précis: «Face à la situation actuelle de refinancement, la Banque cantonale des Grisons peut octroyer des crédits à taux négatifs à des clients institutionnels qui ont un besoin urgent et important de fonds», affirme-t-il.

La directrice de la caisse de pension de La Poste, Françoise Bruderer Thom, confirme cette tendance: «La pression de la part des débiteurs augmente pour obtenir de telles conditions». Et pour cause. Pour certains établissements bancaires – telles les banques cantonales qui financent majoritairement les crédits hypothécaires grâce aux dépôts d’épargne –, il devient désormais économiquement plus intéressant d’accorder un prêt, en rétribuant le client entre – 0,2 à – 0,35%, plutôt que de parquer cette épargne liquide auprès de la Banque nationale suisse et devoir lui payer un taux de – 0,75%.

Des exceptions plus si rares

Selon le «Tages-Anzeiger», «d’ici quelques mois, voire quelques semaines, il n’est pas exclu de voir apparaître des taux hypothécaires à – 0,4 ou – 0,5%». Cette situation, aussi incroyable fût-elle, où un propriétaire immobilier est rétribué pour souscrire un emprunt, prouve en tous les cas que plus personne ne croit à une remontée des taux d’intérêt, ni à court, ni à moyen terme.

Certes, les banques cantonales de Zoug et des Grisons restent pour l’heure des cas particuliers. Au questionnaire du quotidien alémanique, l’immense majorité des établissements bancaires publics – dont la BCGE, la BCV ou la BCZ – a ainsi nié l’octroi d’hypothèques à taux d’intérêt négatifs. Mais, selon une récente étude de Moneypark, les «exceptions» ne sont plus chose rare, où l’on voit un gros client institutionnel – un fonds immobilier ou une caisse de pension, par exemple – négocier en tête à tête un prêt taillé sur mesure avec une banque…

Le petit client attendra

Est-ce à dire que cette offre inversée va bientôt bénéficier au petit propriétaire? Moneypark ne le pense pas, mais, comme vient de le démontrer le site Comparis.ch, les établissements bancaires proposent désormais des hypothèques à dix, voire quinze ans à des conditions de plus en favorables, soit 1,10% pour un crédit à dix ans, contre 0,95% sur cinq ans, le but étant, pour elles, de fidéliser leurs clients. «Les emprunts à long terme sont ainsi à deux doigts des taux indicatifs pour les hypothèques fixes sur deux ou cinq ans», affirme Frédéric Papp, spécialiste Finances chez Comparis.

monchange.ch