Les expéditions du vaccin de Johnson & Johnson sont aussi plus lentes que prévu

Un troisième vaccin contre le Covid-19 a été autorisé à la vente samedi aux Etats-Unis, celui de Johnson & Johnson (J&J), et, comme avec ceux de Moderna et de Pfizer/BioNTech, les patients vont souvent devoir attendre avant d’en bénéficier. Le groupe du New Jersey a commencé à le livrer et les premières injections sont attendues rapidement. Mais le laboratoire a annoncé qu’il ne fournirait pas plus de 4 millions de doses ces prochaines semaines, contre 10 millions prévues au départ. J&J indique que la cadence va augmenter et qu’il pourra honorer son contrat avec Washington portant sur 100 millions de doses en juin.

Les raisons du retard au démarrage ne sont pas claires. Le Financial Times croit savoir qu’un partenaire pour l’assemblage et l’encapsulage (fill and finish, l’ultime étape avant la distribution), Catalent, a eu des soucis techniques qui l’ont contraint, pendant deux semaines, à vérifier à la main les flacons, alors qu’en temps normal tout est automatisé. Catalent, qui travaille aussi avec Moderna, aurait transféré des employés d’autres sites pour venir aider les équipes concernées.

monchange.ch