Les données personnelles: de l’eldorado à la marée noire

OPINION. Les sanctions prononcées contre British Airways et Marriott forcent à revoir la manière dont la possession des données personnelles doit être conçue: au-delà d’un actif, c’est une charge, un passif pour les entreprises, affirme Alexandre Jotterand, avocat, étude id est avocats Sàrl

L’autorité anglaise de contrôle en matière de données personnelles – l’ICO – frappe fort, en annonçant à quelques jours d’intervalle vouloir imposer des amendes record à British Airways d’abord, pour 183 millions de livres (226 millions de francs suisses), puis à Marriott International, pour 99 millions de livres (122 millions de francs suisses).

Au-delà de leur montant (qui doit encore être confirmé), ces deux amendes ont en commun de ne pas sanctionner la manière dont ces entreprises ont collecté les données, ni la manière dont elles les ont traitées, mais l’insuffisance des mesures qui ont été prises pour les sécuriser.

monchange.ch