Les débuts à prix cassés du roi du négoce gratuit

Le pouls des marchés d’actions se mesure souvent à l’engouement pour les introductions en bourse (IPO). Il bat très vite, si l’on en juge par l’intérêt suscité par la première cotation de Robinhood Markets, jeudi, sur la bourse du Nasdaq. Il est vrai que l’entreprise est le symbole d’une nouvelle génération d’investisseurs.

Mais l’effet médiatique ne se traduit pas nécessairement par un gain boursier. L’émission a été moins «chaude» que prévu. Si elle l’avait été, les investisseurs qui y ont souscrit auraient reçu seulement une petite partie des actions qu’ils avaient demandées. Or ils se voient attribuer autant de titres que voulu au prix d’émission de 38 dollars. De plus, le cours d’ouverture est identique au prix d’émission fixé mercredi (au bas de la fourchette indiquée par la société, qui était de 38 à 42 dollars) au terme du processus de placement des 55 millions d’actions offertes. Durant les premières minutes de cotation, il est même tombé de 10% à 35 dollars.

monchange.ch