Les assemblées générales à huis-clos pour cause de virus, un étouffoir à critiques

Une assemblée générale en comité restreint, sans retransmission vidéo, et sans possibilité pour les actionnaires de poser leurs questions en direct. A son terme, un communiqué de presse de quatre lignes, où l’on apprend uniquement que «toutes les propositions du conseil d’administration ont été acceptées à une large majorité». Publié sur internet, le détail des voix n’est accompagné d’aucun commentaire relatif à la marche de l’entreprise. C’est tout ce qui aura officiellement filtré de l’assemblée générale de Swatch Group, qui se tenait mardi 11 mai.

Cet exemple ne fait que mettre en évidence une pratique généralisée. La plupart des vingt entreprise du SMI ont adopté le même mode de fonctionnement ces dernières semaines. En raison de la pandémie, elles se sont vues contraintes pour la deuxième année consécutive de limiter l’accès en présentiel à un nombre très limité de représentant des actionnaires.

monchange.ch