L’effet Net-A-Porter gagne les Etats-Unis

Les exportations horlogères vers les Etats-Unis continuent de progresser. Mais sur le marché domestique, les détaillants physiques ne suivent pas le rythme. Ils sont rattrapés par les vendeurs en ligne

Tout concorde. Enfin presque. Entre les statistiques de la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH) et les données compilées par The Mercury Project, un bureau de conseil spécialisé, il y a peu de différences. La première entité scrute les exportations (sell in), c’est-à-dire ce que les horlogers expédient vers les intermédiaires à l’étranger. La seconde surveille les ventes des détaillants aux consommateurs finaux (sell out).

Hongkong recule, le Royaume-Uni progresse, tout comme la Chine continentale. Mais il y a une destination, et pas des moindres, pour laquelle les données se contredisent: les Etats-Unis.

monchange.ch