Le salon EPHJ rejette déjà les avances de Baselworld

C’est peu dire que les propos du patron de la Foire horlogère de Bâle, mardi sur le site spécialisé WatchPro, ont mis en émoi le secteur. Michel Loris-Melikoff s’y dit ouvert à des tractations avec les deux autres manifestations genevoises du secteur: celle de la haute horlogerie – le SIHH, qui a lieu en janvier – ainsi que les 600 sous-traitants réunis en juin à l’EPHJ.

«L’industrie dans son intégralité pourrait se réunir à un moment donné – SIHH, Baselworld et la manifestation des fournisseurs EPHJ», a esquissé le directeur du salon bâlois, dont la société mère, MCH, est en difficulté financière.


«Ce salon est incompatible»

De là à imaginer une fête unique de l’horlogerie à Genève, il n’y a qu’un pas. Pas si vite. Fabienne Lupo, la directrice du SIHH, estimait jeudi «tout commentaire prématuré».

Accueil plus définitif du côté du salon EPHJ. «Il n’y a pas eu de discussion avec MCH, il n’y en aura pas», balaie-t-on dans l’entourage de la direction. «Notre salon est incompatible avec une manifestation rassemblant les marques horlogères – ces dernières sont alors concentrées sur leurs clients, n’ont pas de temps pour leurs fournisseurs», explique-t-on. Or les fournisseurs viennent à l’EPHJ pour rencontrer les horlogers et décrocher des commandes.

Cette réaction reflète également les griefs du passé. En 2012, le salon de la sous-traitance s’était fait sortir du Palais de Beaulieu lausannois par son nouveau propriétaire… le bâlois MCH.

Les arbitres? Rolex ou Patek

Ces avances de Baselworld «tombent de nulle part, le SIHH n’avait pas été prévenu; ils vont devoir en discuter», estiment deux sources dans l’entourage du salon genevois. Une remarque qui rappelle que les horlogers auront le dernier mot.

Ceux du conglomérat Richemont, qui peuplent le SIHH. Mais aussi les piliers de Baselworld que sont Rolex, le groupe LVMH – dont dépendent TAG Heuer ou Hublot – mais aussi Patek Philippe, dont le patron indiquait en octobre à Reuters que la date de Baselworld «devrait être alignée avec celle du salon genevois». De son côté, Rolex se refusait jeudi à tout commentaire.

(TDG)

monchange.ch