Le risque d'inflation est sous-estimé, avertit le président d'UBS

Le spectre de l’inflation fait son apparition avant même la fin des restrictions liées à la pandémie. Les marchés financiers n’apprécient pas du tout cette surprise. Les rendements prennent l’ascenseur, à 1,36% pour les obligations à 10 ans du Trésor américain, contre moins de 1% au début janvier. Les actions corrigent sévèrement mardi, dans l’attente d’une audition de Jérome Powell, président de la Fed, devant le sénat américain mardi soir. Dans ce contexte, Axel Weber, président d’UBS, dans une chronique publiée par le réseau médiatique Project Syndicate. a exprimé des craintes si claires et fortes qu’elles marquent les esprits.  

«Les modèles des économistes sont basés sur les données des 50 dernières années, mais les conditions économiques actuelles sont sans précédent», écrit Axel Weber. La hausse des prix devrait dépasser 3% en mai aux Etats-Unis et 2% dans la zone euro, prévoit-il. 

monchange.ch