Le FMI, 75 ans, toujours impopulaire et rigide

Le Fonds monétaire international est une institution peu démocratique. Selon David Lipton, son directeur par intérim, il doit s’adapter aux mutations en cours pour rester significatif dans le paysage économique mondial

Faut-il virer le pompier quand il n’y a pas d’incendie? Cette question revient de façon récurrente à propos du Fonds monétaire international (FMI) depuis sa création il y a pile 75 ans. Peu avant l’éclatement de la crise des subprimes aux Etats-Unis en 2007-2008 et celle de la dette en Europe à partir de 2010-2011, des doutes étaient exprimés sur l’avenir même de l’institution financière tant les clients étaient rares. Les grands pays débiteurs (Russie, Brésil), à l’exception de la Turquie, avaient réglé leurs dettes, dans certains cas, avant même les échéances.

Lire aussi: Le FMI se cherchait un rôle. Ce sera peut-être celui de gendarme

monchange.ch