Le 2e plus grand cirque de Suisse est en faillite

Le Circus Royal va mal, très mal semble-t-il. Au point que le 2e plus grand cirque de Suisse est en faillite depuis le 26 juin, rèvèle le Blick mercredi. En effet, la société Circus Royal Betriebs GmbH basée à Lipperswil (TG), a déposé son bilan. Une procédure de liquidation est en cours, selon un extrait du registre du commerce du canton de Thurgovie.

Pourtant, la tournée du cirque continue comme si de rien et des représentations sont programmées jusqu’à mi-août. Mais au-delà, l’agenda est vide. Sur place, les artistes qui s’y produisent, dont l’ex-champion cycliste Beat Breu, tombent des nues, selon le journal. Les employés qui y travaillent ne sont pas au courant non plus. Même le directeur, Oliver Skreinig, affirme entendre parler pour la première fois de cette procédure de faillite en cours. Ceci alors qu’il possède l’entreprise à parts égales avec le propriétaire Peter Gasser.

Plus de numéros de fauves

Pourquoi le cirque, qui fête cette année ses 55 ans, en est-il arrivé à cette situation? Le Blick apporte des débuts de réponse. Il rappelle que Circus Royal a dû se passer depuis le début de l’année de ses principales attractions, soit des spectacles avec des fauves car il n’a pas réussi à avoir avant 2019 les numéros de son partenaire pour les animaux sauvages, le cirque Krone.

Le Blick met en lumière également les quelque 30’000 billets gratuits distribués ce printemps lors des représentations du cirque à Olten, campagne qui s’est reproduite dans d’autres lieux. Un signe qui montre que la troupe ne réussissait pas à faire le plein de spectateurs, croit-il. A l’époque, le Circus Royal avait mis ces billets gratuits sur le compte d’une campagne de marketing.

Le journal pointe aussi une étrange inscription dans le même registre du commerce du canton de Thurgovie, 15 jours avant le dépôt de bilan de Circus Royal Betriebs GmbH: en effet, elle cite l’actuel directeur de Circus Royal Oliver Skreinig qui a fait enregistrer à son seul nom la société Circus Royal GmbH. Et le Blick se demande s’il s’agit là d’une tentative de priver de leur argent les créanciers du cirque en liquidation.

Interrogés, Oliver Skreinig et le service de presse du cirque n’ont pas répondu aux questions. Selon des médias alémaniques, le Circus Royal devrait informer la presse ce mercredi après-midi.

(nxp)

monchange.ch