L’Allemagne échappe de justesse à la récession au troisième trimestre

L’Allemagne a échappé jeudi à l’entrée officielle en récession prévue par nombre d’économistes, son produit intérieur brut progressant de 0,1% au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, selon l’Office fédéral des statistiques. Destatis a cependant révisé à la baisse ses chiffres du deuxième trimestre: le PIB a reculé plus fortement qu’initialement annoncé sur cette période, cédant 0,2% au lieu de 0,1%, toujours en données corrigées des variations saisonnières.

Lire aussi: En Allemagne, une récession au troisième trimestre est «possible», prévient la Bundesbank

Confirmant les tendances des derniers mois, la croissance allemande a «avant tout» été soutenue «par la consommation«, avec une progression des dépenses des ménages mais aussi de celles de l’Etat, souligne Destatis.

L’industrie souffre

Le bâtiment continue à bien se porter, mais les «investissements dans les équipements ont reculé par rapport au trimestre précédent», une tendance qui reflète la morosité du secteur manufacturier depuis plus d’un an.

Lire également: La zone euro s’enfonce dans la morosité  

Naguère moteur économique du pays, l’industrie souffre principalement des conflits commerciaux entre Washington et ses principaux partenaires, mais également de facteurs plus spécifiques comme l’impact des sécheresses successives sur les livraisons dans la chimie ou les difficultés de ses constructeurs automobiles.

Taux de chômage au plus bas

A l’inverse, la demande intérieure demeure soutenue par la robustesse du marché du travail, avec un taux de chômage de 5,0% en octobre qui reste proche de son plus bas niveau depuis la Réunification du pays.

Destatis a par ailleurs révisé à la hausse la progression du PIB au premier trimestre, désormais de 0,5% par rapport au quatrième trimestre 2018 au lieu de 0,4%. Pour l’année 2019, le gouvernement allemand attend une croissance de 0,5%, avant une réaccélération à 1% l’an prochain.

Lire aussi: Comment la guerre commerciale a cassé la croissance

monchange.ch