La Suisse doit verdir sa législation financière, dit le WWF

L’Europe accélère sur la durabilité et la Suisse pourrait prendre un retard rédhibitoire. Avec le risque que les banques et gérants helvétiques perdent l’accès aux capitaux européens, préviennent le WWF et PwC dans une étude publiée mardi. Pas si sûr, selon un avocat

L’Union européenne veut inclure des facteurs durables dans toutes ses lois qui encadrent les activités financières. C’est l’objet du plan d’action intitulé «Financer une croissance durable», dévoilé en mai 2018. Or si les gérants et banques suisses veulent continuer à servir leur importante clientèle européenne, ils devront respecter ce nouveau cadre européen, ou risquer de perdre l’accès au marché unique, estiment le WWF et PwC dans une étude dévoilée mardi.

Les dix mesures de ce plan d’action veulent orienter l’épargne du public vers les placements durables pour financer les objectifs de l’Accord de Paris et les Objectifs de développement durable des Nations unies. Encore en consultation, ce projet européen devrait entrer en vigueur d’ici à 2022. Il obligerait notamment les intermédiaires financiers à systématiquement demander leurs préférences en matière de durabilité à leurs clients.

monchange.ch