La Suisse divisée sur un barrage contre les capitaux chinois

Le Conseil des Etats a voté lundi soir une motion qui appelle à créer un organe de surveillance des investissements étrangers. La Chambre basse se saisira de cet objet à l’automne. En attendant, le gouvernement et Economiesuisse confirment leur opposition

Le rachat en 2017 de Syngenta, fleuron industriel suisse et leader mondial des semences et des produits chimiques, par ChemChina, une entreprise d’Etat chinoise, soulève toujours des questions dans le pays. C’est dans ce contexte que le Conseil des Etats a approuvé lundi une motion, à 22 voix contre 18, pour créer un organe de surveillance des rachats d’entreprises suisses par des capitaux étrangers. Désormais, la balle se trouve dans le camp du Conseil national, qui s’emparera de ce dossier en septembre. S’il s’aligne avec la Chambre haute, le Conseil fédéral devra alors donner corps, dans un délai de deux ans, à un projet auquel il est opposé.

Lire aussi: Entre la Suisse et la Chine, le malaise inavoué du rachat de Syngenta

monchange.ch