La réforme fiscale proposée par le G7 divise en Suisse

Un taux d’imposition minimal de 15% sur les bénéfices des entreprises dans le monde: la décision du G7 samedi dernier de soutenir cette proposition secoue le landerneau politique suisse. Alors que la Confédération a aussitôt, dans un communiqué laconique, dit avoir pris note de la proposition, les formations politiques se veulent plus proactives, mais pas toutes dans le même sens.

A lire: Impôt mondial à 15%: «Un emmental fiscal avec beaucoup de trous»

monchange.ch