La Poste veut augmenter ses prix pour les lettres

Le président du directoire de La Poste suisse, Roberto Cirillo, perd patience. Les prix des Courriers A et B n’ont plus augmenté depuis quinze ans. Simultanément le Tessinois, natif de Zurich, confirme sa conviction: le service dit universel doit être garanti par la société anonyme de droit public. Du coup, Roberto Cirillo défend une prompte augmentation du prix à payer pour l’envoi de lettres.

Le manager a déjà prévenu dimanche, dans la presse alémanique, qu’il n’attendrait plus longtemps, avant de solliciter l’attention du Surveillant des prix, Stefan Meierhans: «La question d’une majoration des tarifs doit être abordée. Mais avant l’année prochaine.» Les intentions de Roberto Cirillo s’avèrent claires.

L’ancien de Mc Kinsey, en fonction à la tête de La Poste suisse depuis le printemps dernier. ne saurait toutefois éluder quelques cruelles réalités en matière de service universel: le géant jaune a dû supporter les coûts liés à l’acheminement de 1,8 milliard de lettres l’an dernier. Dans le même temps, la demande ne cesse de diminuer en Europe pour les plis de moins de 50 grammes. Du coup, difficile de se contenter d’une augmentation. La Poste suisse prévoit elle-même d’ambitieux efforts de diversification, allant jusqu’aux conseils en assurance maladie.

La résistance ne faiblit pas

Ces éléments ne diminuent pas pour autant la résistance des consommateurs. « A chaque fois nous nous opposons à ces velléités de hausse de la Poste suisse. L’augmentation du prix à payer pour l’expédition de courriers conduirait à une baisse encore plus forte du nombre de lettre envoyées. Elle aurait des conséquences sur les consommateurs qui envoient des lettres, mais aussi sur les entreprises envoyant leurs factures par courrier. Indirectement, le consommateur serait touché, car il devrait payer encore plus cher sa facture papier, pratique en augmentation que nous dénonçons par ailleurs », indique Robin Eymann, responsable pour la politique économique à la Fédération romande des consommateurs.

monchange.ch