La liberté de conseiller est de plus en plus encadrée

L’Europe s’est décidée à appliquer ses règles limitant les possibilités pour les banquiers suisses de proposer des services et des produits à leurs clients européens. En Suisse, davantage d’informations devront être fournies au client

Faute d’accès au marché européen, les banques suisses ne peuvent pas démarcher de clients potentiels dans l’Union européenne. Mais même avec leurs clients existants, le travail risque de devenir plus compliqué. Le 28 mars dernier, le surveillant financier européen, l’ESMA, a précisé sa pratique concernant les activités autorisées ou pas pour les intermédiaires financiers basés dans des pays tiers, comme la Suisse. Y compris lors des cas de reverse sollicitation, c’est-à-dire lorsqu’un client potentiel contacte lui-même une banque suisse. En Suisse, la future loi sur les services financiers (LSFin) renforcera considérablement dès janvier prochain les devoirs d’information du client.

Lire aussi: La LSFin va réglementer l’importation de services financiers en Suisse

monchange.ch