La frontière entre clients privés et clients institutionnels tend à disparaître

CHRONIQUE. Les individus tendent souvent à imiter les clients institutionnels, mais l’inverse est parfois vrai aussi. Avec une exigence commune: en avoir pour leur argent

Les professionnels de la gestion d’actifs en ont tous fait le constat: année après année, la frontière entre clientèle privée et clientèle institutionnelle tend à s’amenuiser, et les besoins autrefois spécifiques à chacun de ces segments sont désormais de plus en plus similaires. Ce phénomène est loin d’être anecdotique. La convergence des attentes s’opérant vers le haut, les banquiers privés et les acteurs de l’asset management sont plus que jamais mis au défi de prouver la valeur ajoutée de leur offre de produits et de services.

Plusieurs tendances attestent de cette convergence. La première est le niveau d’exigence croissant manifesté par une clientèle privée toujours mieux informée, plus connectée et internationale. C’est notamment le cas dans le domaine du reporting. Ces clients ne se satisfont plus comme autrefois des seuls rapports de performance, mais demandent à pouvoir identifier les sources de rendement de leurs portefeuilles, par secteur, classe d’actifs ou gérant. En somme, ils revendiquent la même qualité d’information et les mêmes précisions que celles offertes au secteur institutionnel depuis des décennies.

monchange.ch