La CMTA, l’association qui veut simplifier les levées de fonds pour les PME

Réunie à la fin de la semaine passée à l’EPFL, la Capital Markets and Technology Association (CMTA), créée l’an dernier, semble à bout touchant, après plusieurs mois d’efforts et d’avis de droit. Les introductions en bourse (IPO) étant compliquées et chères, l’association cherche à démocratiser le marché des capitaux. La blockchain pourrait notamment offrir une alternative aux PME en quête de financement. Pour y parvenir, deux des trois étapes nécessaires sont franchies, indique Jacques Iffland, président de la CMTA et avocat auprès de Lenz & Staehelin. La CMTA compte parmi ses membres des grands noms de l’économie romande, comme Pictet, Swissquote, Temenos, Reyl ou Lonza.

Certains financiers avaient d’abord imaginé des levées de fonds par jetons à travers des ICO. Mais ces dernières ne sont pas la solution dans le long terme, en raison de leur manque de standardisation. «La technologie des registres distribués (DLT), dont la blockchain est une catégorie, peut améliorer significativement le fonctionnement des marchés des capitaux traditionnels sans passer par des produits exotiques», estime néanmoins Jacques Iffland.

monchange.ch