La Bourse suisse plonge encore un peu

Toujours dépendante de l’évolution des prix du pétrole, la Bourse suisse n’a pas inversé la courbe mercredi et a clôturé en baisse, comme la veille. L’indice réunissant ses 20 principales valeurs, le Swiss Market Index (SMI) a reculé de 1,5%, à 7689,56 points. Le SLI a abandonné 1,77% à 1158,03 points et le SPI 1,46% à 8025,51 points. Les trente blue chips ont fini dans le rouge, dans une fourchette comprise entre -8,7% et -0,2%.

«Les raisons (de la baisse) du jour sont bien évidemment à mettre sur la poursuite de la baisse du prix du baril de pétrole. Mais pas seulement», a indiqué Mirabaud Securities, arguant également des difficultés dans le secteur bancaire et automobile.

Pour les spécialistes de l’établissement genevois, «le rebond se dessinera lorsque les investisseurs constateront des éléments probants», peut-être lors de la prochaine réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) le 10 mars.

Dans ce contexte, les investisseurs étaient à l’affût de la publication des stocks hebdomadaires de pétrole brut aux Etats-Unis: comme prévu et sans surprise, ils ont augmenté de 3,5 millions de barils.

Transocean, lanterne rouge

Dans le sillage de la baisse des prix du pétrole, et après la perte d’un contrat de location d’une plateforme de forage en eaux ultra-profondes, Transocean (-8,7%) a fini lanterne rouge du SMI, inscrivant un nouveau plus bas historique. Mercredi soir, après la clôture de Wall Street, Transocean devait publier ses résultats annuels.

Autre gros perdant du jour, sans information spécifique, LafargeHolcim a chuté de 4,8%. Les valeurs du luxe Richemont (-2,5%) et Swatch (-2,1%) ont aussi nettement fléchi en raison des craintes persistantes autour de la situation économique en Chine, un des principaux débouchés de l’horlogerie suisse.

UBS et Credit Suisse chutent

Parmi les valeurs bancaires, UBS a perdu 2,0% et CS 1,2%. JPMorgan avait annoncé mardi soir des provisions de 500 millions de dollars supplémentaires pour risques de défauts de crédits dans le secteur pétrolier et gazier.

Les poids lourds défensifs Novartis (-1,4%), Nestlé (-1,1%) et Roche (-0,9%) n’ont été d’aucun secours pour l’indice. Galenica (-0,2%) a longtemps été le seul titre à surnager dans le vert. L’action du groupe bernois a bien marché ces derniers temps et elle avait fait la meilleure performance des blue chips sur l’ensemble de 2015.

SGS (-0,3%), Sonova (-0,4%) et Bâloise (-0,8%) ont également bien limité la casse. (ats/nxp)

(Créé: 24.02.2016, 19h51)