La Banque Cantonale se plaint des taux d’intérêt négatifs

«Nous sommes englués dans les taux d’intérêt négatifs, comme toutes les banques suisses», constate le directeur financier de la Banque Cantonale de Genève, Eric Bourgeaux. Son propos se rapproche des critiques de l’Association suisse des banquiers (ASB) à propos de ce régime, introduit par la Banque nationale suisse (BNS) en automne 2014. La BCGE a néanmoins développé «de fortes compétences pour contrer les taux d’intérêt négatifs». Du coup, l’établissement a bouclé l’exercice écoulé avec des rendements exceptionnels.

«Je veux porter la BCGE dans le top 5 des chiffres d’affaires des banques cantonales», prévient Blaise Goetschin, le président du directoire de la banque cantonale du bout du Léman. Sans se cacher que le chemin à parcourir s’avère encore long, avant de rivaliser avec les Banques cantonales zurichoise ou vaudoise. La BCGE a néanmoins bouclé ses comptes 2019 avec un chiffre d’affaires (produits d’exploitation) en hausse de 2,7%, à 420 millions de francs.

En termes de profitabilité, l’établissement peut faire valoir un résultat opérationnel en hausse de 2.5%, à 165,4 millions, et un bénéfice net gagnant plus de 6%, à 96,8 millions. La BCGE remplit en plus sa fonction de société anonyme de droit public. La valeur distribuée aux collectivités publiques, au titre de l’exercice écoulé, a progressé de 10% par rapport à 2018, à 65 millions de francs. A cela s’ajoute une claire volonté de rester proche des besoins de nombreux habitants. Parmi diverses priorités stratégiques, la BCGE compte ainsi se profiler cette année comme un des principaux acteurs du financement du logement social et privé dans le canton.

«Nous protégeons les clients»

La banque contrôle en outre plus d’un cinquième du marché hypothécaire genevois, tout en se concentrant sur des risques modérés. L’exercice de cette activité dépend d’ailleurs d’un autre succès commercial: la fidélité des déposants. Leurs avoirs ont ainsi augmenté de 2.1% sur un an, à 14,9 milliards de francs. Mais ce résultat a bien sûr nécessité de gros efforts contre la politique monétaire de la BNS. «Nous protégeons les clients des taux d’intérêt négatifs», insiste le directeur financier de la BCGE.

Concrètement la banque cantonale ne reporte la charge, imposée par la BNS sur les comptes de virement qu’elle héberge, que sur des dépôts excédant 3 millions de francs. Le barème a donc singulièrement évolué. Tout avait commencé à partir de 10 millions, le seuil fut ensuite fixé à 5 millions, avant que ce soit 3 millions. Le processus a pris cinq ans.

Créé: 25.02.2020, 16h35

monchange.ch