Interview exclusive: «Notre défense contre l’argent sale est un échec»

Daniel Thelesklaf, principal responsable de la lutte contre l’argent sale en Suisse, a démissionné de son poste en juin. Il s’exprime pour la première fois depuis son départ.

Daniel Thelesklaf, ancien chef du Bureau de communication en matière de blanchiment d’argent (MROS), chez lui à Zurich.

Daniel Thelesklaf, ancien chef du Bureau de communication en matière de blanchiment d’argent (MROS), chez lui à Zurich.

Boris Müller

Daniel Thelesklaf est l’ancien chef du Bureau suisse de communication en matière de blanchiment d’argent, le MROS. En juin dernier, il a soudainement démissionné de son poste, après moins d’un an en fonction. Début octobre, il deviendra conseiller auprès du Service d’information et de contrôle sur les circuits financiers de Monaco. Il livre un jugement sans concession sur les failles du système antiblanchiment suisse, au moment où une nouvelle fuite de données bancaires, les FinCEN Files, ébranle la finance mondiale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

monchange.ch